Suisse

18 avril 2019 12:05; Act: 18.04.2019 16:03 Print

Voyager en transports publics reste très sûr

Les accidents dans les transports publics ont fait 27 morts l'an dernier. La majorité des victimes n'avaient pas respecté les règles de la circulation.

storybild

Le risque de mourir en train est 36 fois moindre que dans une voiture et 381 moindre qu'à vélo. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'an dernier, les transports publics en Suisse ont été le théâtre de 181 accidents graves, soit 14 de plus qu'en 2017. Vingt-sept personnes y ont laissé la vie. La plupart sont dus à un mauvais comportement de la part d'automobilistes ou de piétons.

Le nombre d'accidents dans les transports publics se situe au même niveau - peu élevé - des quatre dernières années, écrit l'Office fédéral des transports (OFT) dans son rapport sur la sécurité 2018 publié jeudi. Voyager en transports publics reste très sûr en Suisse.

La majorité des 27 personnes tuées n'ont pas respecté les règles de la circulation et ont provoqué des collisions avec des trains, des trams ou des bus ou se trouvaient sur des voies ferrées, explique l'OFT. Un passager d'un bus est décédé des suites d'un freinage que le chauffeur a dû effectuer à cause de l'erreur d'un automobiliste.

Une évaluation de l'Office fédéral de la statistique montre que le risque de mourir en train est 36 fois moindre que dans une voiture et 381 moindre qu'à vélo. Les téléphériques, bateaux, trams et bus sont également très sûrs, comme le montrent les faibles taux d'accidents de l'an dernier, écrit l'OFT.

3e en comparaison européenne

En comparaison européenne, la Suisse se classe 3e pour la sécurité de ses transports publics, derrière la Grande-Bretagne et la Norvège. Nos voisins, l'Italie, l'Allemagne et la France, se situent aux 8e, 9e et 10e rangs, l'Autriche 13e.

Concernant la sécurité au travail des collaborateurs, par exemple sur les chantiers, les compagnies ferroviaires helvétiques sont toutefois comparativement peu performantes. L'OFT garde la situation à l'oeil et a déjà intensifié les contrôles d'exploitation dans le domaine de la voie. Cet effort est poursuivi en 2019. Le niveau de sécurité dans le transport des marchandises n'est pas satisfaisant non plus. L'office exige des améliorations aux entreprises ferroviaires, aux détenteurs de wagons, aux chargeurs et aux centres de maintenance.

Au vu de la forte augmentation du nombre de voyageurs, l'accès rapide et sûr aux voies n'est plus garanti dans différentes gares. L'OFT a analysé l'ensemble des 1800 gares et stations, en tenant compte aussi des besoins des personnes handicapées.

Les coûts d'assainissement s'élèvent à 8,4 milliards de francs d'ici 2040, dont 3,3 milliards sont déjà financés.

(nxp/ats)