Bilan 2010 des CFF

30 mars 2011 10:16; Act: 30.03.2011 15:45 Print

Voyageurs en hausse, dettes en hausse

Les CFF ont transporté l'an dernier 347,1 millions de voyageurs, soit une hausse de 6% par rapport à 2009.

storybild

Les voyageurs CFF sont en augmentation. (Photo: Keystone)

Une faute?

Jamais encore les CFF n'avaient transporté autant de passagers qu'en 2010: 347 millions, soit 6% de plus qu'en 2009. Mais avec une dette en hausse et la perspective d'importants investissements, l'ex-régie a insisté mercredi sur la nécessité de rentrées supplémentaires.

«D'ici 2050, 40 milliards de francs devront être investis dans l'exploitation, l'entretien et l'extension du réseau féroviaire», a déclaré mercredi devant la presse le président du conseil d'administration des CFF Ulrich Gygi. «Pour ce faire, il est impératif de trouver des ressources supplémentaires».

Sans quoi, l'ex-régie fédérale pourrait bientôt se retrouver dans l'obligation de déposer le bilan, ce qui forcerait le parlement à restructurer, a averti M. Gygi. Pour éviter ce scénario, tous devront mettre la main à la poche: les CFF eux-mêmes, les pouvoirs publics tout comme les usagers.

Après une hausse des tarifs globale de 5,9% en décembre, les CFF envisagent d'introduire une augmentation annuelle d'en moyenne 3%. «C'est une nouvelle politique envers les usagers», a expliqué M. Gygi. «Il faut leur faire comprendre que l'amélioration de l'offre n'est pas gratuite».

Prix différenciés

Les CFF espèrent en outre pouvoir bientôt différencier les prix des billets selon les trains empruntés. «Les bases politiques pourraient être fixées d'ici deux ans» pour permettre de demander des tarifs différents en fonction de la rapidité et du confort des trains, selon le directeur Andreas Meyer.

Des trains dernier cri vont être mis en service ces prochaines années. Dès 2013, des compositions à deux étages d'une longueur de 400 mètres circuleront notamment entre Genève et Saint-Gall.

Le réseau régional des importantes agglomérations, comme entre Lausanne et Genève, sera également renforcé. Des RER duplex de 150 mètres de long rouleront à partir de l'année prochaine. Il y aura 40% de places assises en plus d'ici 2017, promet M. Meyer.

Poids de la caisse de pension

Malgré l'augmentation de l'endettement de 10,4% à 8,07 milliards de francs, 2010 a été une bonne année pour les CFF, a affirmé M. Meyer. En plus du record de voyageurs, le cargo a enregistré une hausse de 12% de marchandises transportées.

Le bénéfice est «réjouissant» avec 298,3 millions. Il est toutefois en baisse de 19,3%. Cette dégradation est due a la hausse de la charge d'intérêts par rapport à l'année précédente, a expliqué le directeur financier Georg Radon. Un euro faible n'a pas aidé, surtout dans le domaine du fret.

Des investissements et l'assainissement de la caisse de pension sont à l'origine de cet endettement. L'entreprise a investi 965,8 millions de francs dans du nouveau matériel roulant et 938 millions ont été versés en faveur de la caisse de pension.

Ponctualité en baisse

La satisfaction de la clientèle s'est quelque peu améliorée. Si les passagers se montrent mécontents à l'égard du nombre de places assises, ils apprécient davantage la sécurité, l'information à la clientèle et la ponctualité.

Cette dernière s'est pourtant légèrement détériorée par rapport à 2009. 87% des trains sont arrivés à l'heure, c'est-à-dire avec au plus un retard de trois minutes, contre 88,2% l'année d'avant.

Salariés mécontents

Le personnel des CFF se montre quant à lui plus mitigé au sujet de son employeur, selon un sondage. L'analyse des résultats est en cours.

Selon M. Gygi, cette baisse de confiance est à mettre en lien avec les importants changements qui sont en cours dans l'entreprise. «Je connais ce phénomène de mon temps passé à tête de la Poste», a affirmé l'ancien directeur du géant jaune.

En guise de remerciement pour leur engagement, les collaborateurs CFF vont recevoir en avril une prime unique de 500 francs chacun, a indiqué M. Gygi. Une prime demandée par les syndicats dans le cadre des négociations sur une nouvelle convention collective de travail.

Les syndicats ont salué la remise de cette prime. Ils exigent désormais des augmentations salariales durables dès 2012.

(ats)