Valais

04 juillet 2019 19:07; Act: 05.07.2019 08:57 Print

Vidés de leur sang par des centaines de tiques

Vingt-cinq moutons, envahis par des arachnides, sont morts à Loèche (VS). Selon un expert, cela aurait pu être évité.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Reto Julier n'avait encore jamais vu une chose pareille. Le paysan haut-valaisan a perdu vingt-cinq moutons infestés par des tiques, raconte-t-il au «Walliser Bote».

«Ce printemps, j'ai emmené le troupeau au-dessus de Loèche. Après une dizaine de jours, j'ai constaté que de nombreuses bêtes étaient couchées dans l'herbe, totalement apathiques», explique-t-il au quotidien. En regardant de plus près, il s'est rendu compte que les animaux avaient d’innombrables tiques suspendues sur leur corps. «Il y en avait environ 300 par animal», assure Reto Julier. Et d'ajouter: «Remplies de sang, elles pendaient comme des grappes de raisin sur les moutons.»

Des muqueuses «blanches comme la neige»

Au total, 25 bêtes sont mortes: 24 agneaux et un mouton âgé d'un an. Elles ont soit été retrouvées mortes par l'éleveur soit dû être euthanasiées. Les autres animaux, surtout les plus jeunes, ont été soignés au plus vite. Selon Reto Julier, les muqueuses des moutons infestés étaient «blanches comme la neige». Un signe d'anémie, explique le Haut-Valaisan. Ce diagnostic a été confirmé par un vétérinaire de la région.

Bruno Gottstein dirige l'institut de parasitologie de l'Université de Berne. Selon lui, la mort des moutons aurait pu être évitée. Il conseille aux éleveurs de régulièrement contrôler leurs animaux, également ceux vivant à l'extérieur. «Il faudrait vérifier leur pelage tous les jours pour s'assurer qu'ils n'aient pas de tiques. Enlever ces arachnides assez tôt permet d'éviter une invasion massive.»

6000 francs de perte

L'expert rappelle que le plus grand risque avec les tiques est la transmission d'agents infectieux. L'invasion massive, comme dans le récent cas survenu au-dessus de Loèche, est elle aussi dangereuse, note-t-il: «L'animal se fait sucer son sang jusqu'à ce qu'il devienne anémique.» Pour qu'une telle chose se produise, conclut-il, il faut compter plusieurs centaines de tiques par animal.

Pour finir, Bruno Gottstein affirme qu'il existe peu d'endroits en Suisse avec une telle concentration de tiques. Reto Julier doit désormais vérifier s'il s'agit d'un cas isolé ou s'il doit abandonner le pâturage où il avait l'habitude d'emmener ses bêtes. En attendant, il a chiffré le dommage financier occasionné par la perte de ses moutons à environ 6000 francs.

(mm/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Swissness77 le 04.07.2019 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste s'en occuper ...

    Cher éleveur ! Au lieu de vous plaindre des 6000 de perdu ....il fallait peut être contrôler un peu mieux vos bêtes .....moi ça me fais gerber .....

  • Swissness77 le 04.07.2019 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et la souffrance ....

    On ne parle que d'argent et pas du mal-être de l'animal .....de sa souffrance .....y'a vraiment que le fric qui compte .....

  • Vet le 04.07.2019 19:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avis

    Ça démontre bien qu'il ne les surveille pas ses pauvres bêtes, ni n'en prend soin! En tant que vétérinaire, mon expertise me dit que ça fait plusieurs semaines que ces (grosses) tiques sont accrochées à sucer le sang de ces moutons, et que ces derniers sont en train d'agoniser!

Les derniers commentaires

  • Mimi le 05.07.2019 16:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Solution

    Il existe des produits pour les chats chiens, alors pourquoi pas pour les moutons ? De nous une question de fric???

  • Bouzouk le 05.07.2019 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Bashi

    Bonjour les tiques, les regions les plus infectées sont le pied du Jura, et le bois de finges. En plus elles sont porteuses des 2 maladies infectieuses. Le rechauffement climatique favorise la prolifération. Il y a 5 ans elles ne montaient pas au-delà de 1000 1200 mètres d'altitude, maintenant elles sont a 1800 m. Cherchez l'erreur mais pas auprès de ceux qui nient le rechauffement climatique. Bons pic nique et protègez vous des climatosceptiques. Ils sont encore plus virulents surtout pour les moutons de l udc. Ça va être dur d'aller à 66 ans

    • Bachi le 05.07.2019 15:58 Report dénoncer ce commentaire

      @bouzouk

      Promis j'intègre les verts le jour ou ils ont une ébauche de solution viable

  • Poulpineu le 05.07.2019 13:14 Report dénoncer ce commentaire

    Invasion

    Les tiques cachées partout voraces avides prêtent à suivre n'importe qui jusque dans son lit piquent même dans les yeux suçant goulûment injectant leut salive infectée.

  • Marco le 05.07.2019 12:11 Report dénoncer ce commentaire

    "berger"

    Nos bergers n'ont de berger que le nom, ils collectent leur rente pour balader les moutons en montagne, ils les lâchent dans un endroit et quand l'herbe est fini ils les déplacent ailleurs. Rien a voir avec les bergers qui eux gardaient le troupeau tous les jours. Je ne vois pas pourquoi on paye ce genre de berger, autant leur couper le subside et payer un peu plus le vrai berger qui prend soin de ses bêtes 24h/24 7j/7.

    • Albert le 05.07.2019 16:01 Report dénoncer ce commentaire

      @Marco

      Mais on les conditions sont respectées sinon il gaut payer deux fois plus de subside. Tout les pays industrialisés font la même chose. Si les clôture et l'accès à l'eau est garanti les bêtes reste toute la saison dans d'immense parc de centaine d'hectares. Les suisses sont exemplaire, la preuve en est cette agriculteur qui prévient de ce phénomène inédit.

  • Lion Honoré le 05.07.2019 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    Chaîne alimentaire

    Sans intervention humaine ils seraient quand même infestés de tiques. C'est naturel.

    • L. Andouille le 05.07.2019 12:49 Report dénoncer ce commentaire

      @Lion Honoré

      @Lion Honoré .... encore un spécialiste qui parle ... pfffff autant de tiques ça c'est jamais vu si haut