Lausanne

02 mai 2012 17:06; Act: 03.05.2012 07:50 Print

«J'ai eu peur pour le conseiller d'Etat Marthaler»

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Un blanchisseur a éteint un début d'incendie avec son extincteur, mercredi, devant un bâtiment de l'administration cantonale. Avant l'arrivée des pompiers.

storybild

Le blanchisseur Joseph Carchedi s'est transformé en pompier pour éteindre un feu qui s'est déclaré mercredi devant le bâtiment de l'administration cantonale, à la Riponne, à Lausanne.

Une faute?

«C'était 11h30, j'allais à un rendez-vous quand j'ai vu un matelas qui brûlait devant l'entrée du bâtiment de l'administration cantonale où il y a le Département des infrastructures.» Joseph Carchedi, blanchisseur, a aussitôt pris son extincteur.

L'homme, qui dit avoir «beaucoup de sympathie pour le conseiller d'Etat François Marthaler», a alors agi spontanément en compagnie d'une pharmacienne dont l'enseigne jouxte le bâtiment. A eux deux, ils ont éteint le début d'incendie. Juste avant l'arrivée des pompiers. «Je ne savais pas s'il était là ou pas. Mais j'ai eu peur qu'il lui arrive quelque chose», poursuit le blanchisseur.

Jean-Philippe Pittet, le porte-parole de la police municipale de Lausanne, dit qu'il est «prématuré de dire si le sinistre est intentionnel ou accidentel».

Exaspération contre les marginaux
Les riverains, eux, se disent convaincus que le sinistre a été causé par les marginaux qui squattent la Place de la Riponne. «Ils emm... tout le monde ici et personne ne réagit. Mais le jour où ils vont s'attaquer à un ministre ou à un député, peut-être que l'Etat va enfin bouger», peste une commerçante.