Braquage à Lausanne

04 décembre 2011 16:33; Act: 05.12.2011 11:57 Print

«J'ai ressenti une vive brûlure au flanc»

par Frédéric Nejad - La caissière du magasin Denner qui s’est fait tirer dessus vendredi, à Lausanne, a échappé au pire. Elle a accueilli «20 minutes» dimanche après-midi pour témoigner.

storybild

Muriel conserve son sourire après avoir échappé au pire. Une balle a traversé son flanc droit. (Photo: frédéric nejad)

Sur ce sujet
Une faute?

Muriel ne s’est pas départie de son grand sourire solaire et accueillant. A se demander si c’est bien elle qui a été brutalement attaquée au spray au poivre, puis à l’arme à feu vendredi vers 18h15.

Employée depuis huit ans au magasin Denner de l’avenue de Montoie, à Lausanne, elle a pu quitter le CHUV samedi après des soins et un scanner. Deux gros pansements sous son aisselle droite et dans le dos cachent la blessure sans gravité de la balle qui lui a traversé le corps. «J’étais à ma caisse, occupée à servir une cliente, raconte Muriel dans son salon. En me tournant, je me suis soudain trouvée en face d’un gars encagoulé qui m’a lancé: «C’est un hold-up!» Un autre acolyte se trouvait derrière lui, et certains pensent qu’un troisième complice faisait le guet à l’extérieur.»

Muriel a d’abord pensé à une blague commise par des jeunes. «J’hésitais à leur sourire, mais l’individu m’a saisi le bras avec force et a crié «Vite, vite, la caisse!» Il semblait plus nerveux que moi. Mais ma caisse était verrouillée.» Ne sachant que faire, hésitante, Muriel pose ses mains sur son bureau. «Il m’a alors sprayé le visage au poivre. Ma peau picotait, puis mes yeux. En reculant, j’ai alors entendu comme un bouchon de champagne, puis une vive douleur au flanc.»

Aveuglée, elle s’est allongée par terre, alors qu’un client hurlait: «Il a tiré sur la dame.» La police a découvert une douille de petit calibre sur le sol ensanglanté du magasin. Muriel a retrouvé ses enfants et sa mère dans le quartier de Malley. «Ils ont eu plus peur que moi», sourit-elle. Mais les malfrats, eux, courent toujours.