Vaud

20 septembre 2019 16:41; Act: 20.09.2019 20:15 Print

«La protection des mineurs est devenue un business»

L'initiative «Nos enfants, les familles et professionnels du canton de Vaud ont besoin de lois et de structures adaptées» vient d'être lancée. Le comité veut une révision de la loi sur la protection des mineurs.

storybild

Les initiants demandent une réforme en profondeur du Service vaudois de protection de la jeunesse.

Sur ce sujet
Une faute?

Enquêtes sociales bâclées, liens familiaux coupés, parents mis à l'écart des décisions et des prises en charge de leur enfant, défaillances dans le suivi des dossiers, inégalités de traitement entre parents... Le Comité vaudois pour une meilleure protection des jeunes a pointé, au cours d'une conférence de presse tenue vendredi à Lausanne, ce qu'il considère être de «graves lacunes dans la prise en charge des mineurs et de leurs familles». Pour y remédier, il a lancé l'initiative populaire «Nos enfants, les familles et professionnels du canton de Vaud ont besoin de lois et de structures adaptées».

«Des enfants suivis par le SPJ sont en danger»

Malgré les soubresauts de l'affaire judiciaire très médiatisée d'une fratrie abusée sexuellement par le père, «des enfants suivis par le Service de protection de la jeunesse (SPJ) sont toujours en danger», estime Sandra Pernet, élue PDC au législatif de Lausanne et membre du comité. Elle préconise une prise en charge plus axée sur la protection des liens familiaux que la punition et la répression.

Entre avocats, experts, pharmas et foyers

Représentant du Mouvement de la Condition paternelle, Julien Dura est d'avis que «derrière les longues et coûteuses procédures, il y a un business entre les avocats, les familles d'accueil et foyers, les psychiatres et la pharma». Il souhaite la mise en place de juges des affaires familiales formés à cette problématique, comme en Allemagne ou en France.

Selon Véronique Hurni, ancienne juge au Tribunal des mineurs et ancienne députée, le SPJ suscite la crainte partout. «Faites tout pour que le SPJ ne s'en mêle pas. Aujourd'hui c'est le conseil que donnent les avocats à leurs clients lors des différends entre parents», a-t-elle déclaré.

(apn)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Commentaires sélectionnés

Les premiers protecteurs des enfants sont les parents. Si ceux ci assument ce rôle correctement les services de protection des mineurs n interviennent pas. Donc à tous ces parents qui critiquent les structures publiques FAITES VOTRE JOB!!! Les intervenants du SPJ, et valable aussi dans les autres cantons, sont débordés tellement le nombre de parents irresponsables et égocentriques qui ne mettent pas le bien être de leurs enfants en premier plan augmentent! Et les moyens manquent pour faire face aux énormes problèmes familiaux rencontrés. Trop facile de se reposer sur les services publiques! – Une Ancienne Assisante Sociale Du SEJ Fr

Les commentaires les plus populaires

  • Enfance Meurtrie le 20.09.2019 16:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du changement et vite

    Un avocat Valaisan à dit vaut mieux avoir un parent imparfait que pas de parents du tout. Pour avoir etait placée par le spj a l âgé de 11 Ans. Non seulement les liens familiaux ont été détruits au niveau de mon papa Helas aussi oncles tantes frères et soeurs.... Car c est l ensemble des liens qui est touché. Mettre des bureaucrates qui ont ete chouchouté lors de leur enfance au lieu de mettre des gens qui ont du vécu ... et voila le résultat

  • Legros le 20.09.2019 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    Futurs divorcés

    "Faites tout pour que le SPJ ne s'en mêle pas" ... OUI, en effet, futurs divorcés, entendez-vous au sujet de vos enfants afin que la mafia des SPJ cantonaux ne viennent pas fourrer ses grosses pattes. Sinon, vous le regretterez tous les deux et vos enfants en souffriront.

  • Whistle Blower le 20.09.2019 16:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la vérité

    Idem que Genève. Les départements d'état ayant passé sous dominance française deviennent des zones de profits et de copinage. La naïveté des suisses atteint une ampleur stupéfiante.

Les derniers commentaires

  • ... le 21.09.2019 22:32 Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Le SPJ devrais revoir certaines priorités. Accuser a tord des parents pour maltraitance alors que ma propre fille étais juste tomber , et avais un bleu. J'en nest rien vu venir je me suis fais retiré ma fille du jour au lendemain et sa depuis bientôt 1 ans. Placer dans un foyer loin de moi ... même avec un papier du médecin qui certifie que ma fille n'a recus aucun coup et que le bleu et bien d'une chute ils on rien voulu savoir et maintenant cherche tout contre moi. Je me batterais jusqu'à la fin pour la récupérer et je ferais entendre mon histoire une fois que tout sera terminé.

  • Jean Peuplus le 21.09.2019 15:09 Report dénoncer ce commentaire

    Usine à chagrin

    En tant que divorcé , j'ai subit les contrôles de la SPJ, et il faut le dire ces derniers n'était pas du tout en adéquations avec la situation réel du moment. Donc une évaluations totalement erronée , et un rapport envoyé à la justice qui était largement négatif et ceci malgré l' intervention d' autres personnes qui prouvaient le contraire. Donc pour moi il ne faut pas me parler de ces gens qui prennent des décisions a l' SPJ mais qui ne connaissent rien aux situations réels.

  • Courage le 21.09.2019 15:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bougez-vous

    Sej il y a quelques années une enfant a vécu chez sa mère qui ne voulais sa fille que pour l argent de la pension malgré 3 curatrice différente et plusieurs audiences rien n'a bougé jusqu'à ce que l'enfant décide de partir vivre chez son père.... et la par magie et enchantement lors de l'audience nous avons finalement entendu la curatrice divulguer le côté mesquin intransigeant et manipulateur de la mère. Il a fallu que l'enfant ce manifeste pour qu'enfin la vérité sur cette femme soit mise au grand jour et que le juge aie pu trancher. Mais pendant 10 ans le service n'a pas bouger un doigt...

  • Violette le 21.09.2019 14:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que de haine

    Le titre de cet article est désastreux ! Et encourage ce déferlement haineux que l'on peut lire à travers les commentaires. Rien de constructif. Oui, il y a des problèmes au spj, Donnons plus de moyens pour gérer ces situations complexes

  • SOS Tutelles-Curatelles, Brigitte Pivot le 21.09.2019 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Dysfonctionnements au Service de protection des mi

    A Genève,graves dysfonctionnements, dégâts irréparables. Il est avéré que les enfants placés sont pénalisés présentement et pour leur futur. Comment peut-on laisser un enfant dans un foyer alors qu'il y a enquête pour des abus sexuels et des "tapes" présumés, comment peut-on priver cet enfant d'un parent mais pas de l'autre, comment peut-on imposer des activités à des enfants sans s'inquiéter de leur santé et bien être, comment peut-ont arracher des enfants à leur famille, comment peut-on empêcher un jeune d'aller au cycle d'orientation et la placer dans un foyer où il devient délinquant...?