Euthanasie

27 août 2014 16:29; Act: 27.08.2014 18:22 Print

«Parler de "tourisme de la mort" est obscène!»

par Frédéric Nejad Toulami - Le philosophe français Michel Onfray s'est offusqué mercredi matin sur les ondes de La Première d'un terme employé pour parler de l'aide au suicide de personnes en fin de vie.

Une faute?

L'intellectuel français et homme de gauche Michel Onfray était invité à s'exprimer à l'antenne radio de la RTS, lors du journal du matin, mercredi. Le débat s'est soudain penché sur le thème des étrangers qui viennent de plus en plus en Suisse pour bénéficier d'une assistance au suicide grâce à des organisations comme Exit et Dignitas. Et grâce à la législation suisse qui autorise cela contrairement à de nombreux pays européens dont la France.

«Que pensez-vous de ce tourisme de la mort Michel Onfray?» La formulation de la question n'a pas du tout plu au philosophe. «C'est comme parler de xénophobie quand on veut juste protéger son peuple», a-t-il rétorqué sèchement, histoire de moucher au passage les donneurs de leçon moralistes et friands de caricatures. Puis il enfonce le clou: «Je pense que parler de tourisme est assez obscène. Et ceux qui utilisent (cette formulation) ou la reprennent sont dans l'obscénité. J'ai perdu ma compagne il y a un an; elle a souffert d'un cancer pendant 13 ans, avec une récidive de sept années.»

«C'est moi qui l'ai aidée à disparaître»

Sa fidèle compagne durant 36 ans fut Marie-Claude Ruel, décédée le 8 août 2013 à l'âge de 60 ans. «Des suites d'une longue maladie», selon le communiqué officiel repris alors par les médias. Cette ancienne professeur de français et d'italien souffrait en effet d'un cancer incurable du sein. Mais la vraie raison de son décès l'an dernier a été livrée par Michel Onfray mercredi matin, peu avant 8 heures: «C'est moi qui l'ai aidée à disparaître, c'est moi.» Surpris, le journaliste de La Première lui demande alors comment il a fait. «Vous l'imaginez bien, mais je ne veux pas impliquer des gens qui m'ont aidé.» Et le fait que l'assistance au suicide soit illégale en France? «Oui, c'est illégal, sauf que ça se fait partout», assume le célèbre philosophe et écrivain français. Avant de dénoncer une injustice, puisque lui a la chance d'être Onfray, «avec des amis médecins qui ont pu m'aider» dans cette démarche. Alors que tant d'autres n'ont pas cette possibilité.

L'euthanasie, un des derniers droits de l'homme à acquérir

«Et si on légalisait l'euthanasie? Car c'est là la question, et non le tourisme de la mort ou le suicide, explique ensuite Michel Onfray. A-t-on le droit de disposer de sa propre vie quand les médecins vous ont fait savoir qu'il vous reste tant de jours à vivre? Qu'est-ce qu'on fait?» L'intellectuel, qui se revendique athée, se demande si c'est forcément bien de subir la douleur et «normal de souffrir pour vous permettre d'accéder au seigneur», comme l'argumentent certains opposants à l'euthanasie. «Non, répond-il, je pense qu'on doit pouvoir défendre l'euthanasie, un des derniers droits de l'homme à acquérir!»