Suisse romande

24 mars 2020 10:34; Act: 24.03.2020 21:12 Print

«Pas de données robustes sur la chloroquine»

Le Dr Philippe Eggimann, président de la Société médicale de la Suisse romande, se prononce sur la pandémie. L'interniste et infectiologue vaudois préconise la prudence quant à l'utilisation de la chloroquine.

storybild

Président de la Société de médecine de Suisse romande, le Dr Philippe Eggimann se penche sur le Covid-19 et le traitement à base de chloroquine. (Photo: Florian Cella/ 24 heures)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis l'étude du Pr Didier Raoult, la chloroquine est perçue par certains comme la recette miracle contre Covid-19? Partagez-vous cet enthousiasme?

- Dr Philippe Eggimann: Il existe de nombreuses données sur les différentes formes de bactéries, mais nous sommes en présence d’un virus pour lequel de nombreuses substances pourraient avoir une action théorique. Un certain nombre de données de laboratoire existent, mais elles sont difficiles à extrapoler en clinique. Pour la chloroquine, il n’y a actuellement pas de données robustes en suffisance. Tant son efficacité chez les malades COVID-19 que le stade idéal où il faudrait l’administrer sont largement débattus parmi les scientifiques et les infectiologues. C’est donc le fameux principe de précaution qui est adopté, comme pour les anti-inflammatoires, mais à l’envers.

Que pensez-vous de la décision vaudoise de réquisitionner ce médicament?

Dr P. E: Le problème est que les stocks sont actuellement limités et que le principe de réalité impose que la chloroquine soit utilisée chez ceux qui pourraient le plus en bénéficier. Le médecin cantonal vaudois a donc restreint son usage à ceux qui en prennent chroniquement pour d’autres raisons et une partie des malades Covid-19 hospitalisés.

Il semblerait que la chloroquine est de plus en plus utilisée pour des patients souffrant de coronavirus, en Chine, en France, en Italie, aux-Etats-Unis, mais aussi au CHUV...

Dr P. E: Elle fait partie des protocoles de prise en charge des patients hospitalisés les plus graves.

Quand il n'y a pas de remède connu et que des patients sont en train de mourir, faut-il prendre le risque avec un médicament qui pourrait avoir ultérieurement des effets négatifs ou mettre en avant le principe de précaution?

Dr P. E: Il faut dans tous les cas respecter l’équité lorsque le médicament n’est pas disponible pour autant de patients que l’on souhaiterait. Il faut également informer le patient ou sa famille des doutes quand à l’efficacité supputée du traitement et aux risques potentiels d’effets secondaires. Enfin, il faut que ces usages se fassent dans un cadre légal et éthique défini.


Quelle est votre appréciation du climat anxiogène qui prévaut actuellement?

Dr P.E: Il est néfaste, car il conduit à des réactions émotionnelles irrationnelles, y compris lorsque des médecins cherchent à se procurer de la chloroquine pour eux-mêmes ou leurs proches. C’est, toute proportion gardée, les mêmes principes qui font que nous sommes en rupture de papier toilette. Heureusement, ça c’est beaucoup moins grave.

(propos recueillis par apn)

Les commentaires les plus populaires

  • Laure le 24.03.2020 10:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plaquenil

    je reviens encore une fois auprès de l état ma fille de 16 ans est sous traitement de plaquenil pour un Lupus depuis 3 ans. Comment expliquez-vous que depuis vendredi elle n'est plus sous médication qui est faite avec une ordonnance. Les pharmacies de Geneve se sont fait bloquer leurs stocks par l'état. Que deviennent les patients traités pour maladies chroniques de plus à risque????

  • Nat le 24.03.2020 10:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Raoult

    Effectivement, il ne faut pas s'emballer sur la chloroquine mais ce qui me sidère c'est à quel point les journalistes, vous vous obstinez à décrédibiliser un professeur. Le Dr Didier Raoult reconnu comme l'un des meilleurs experts dans son domaine.

  • Marc le 24.03.2020 10:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aucune idée !

    Désolé mais ce médecin n'apporte aucune réponse claire ! On nage dans le flou ! Autant dire « je n'ai aucune idée » !

Les derniers commentaires

  • Jules Vernes le 25.03.2020 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Étonnant

    Ce médicament est prescrit depuis plusieurs décennies alors il me semble que l'on doit connaître les conséquences si il y a de sa prise ! Étonnant quand même !

    • Melany le 28.03.2020 10:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jules Vernes

      le hic, c'est que le virus qui sévit lui on ne le connaît pas !

  • Alain Provist le 25.03.2020 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    Big bang chez les pharmas

    Pas assez cher! Les pharmas sorte la grosse artillerie pour flinguer Raoult. Il y a aussi Bill Gate qui a un brevet sur le Covid et qui comptait se faire un billet sur le vaccin. Ce médecin cantonal pèse nada contre le Pr. Raoult, expert mondial en maladie infectieuse, mais ce permet de ce la ramener.

  • Raoul le Raoult le 25.03.2020 07:40 Report dénoncer ce commentaire

    Raoulman

    Raoult le français raconte que des bêtises arrêter de suivre ce français qui n'y connaît rien. attendons les infos des scientifique suisse car on est les meilleurs et on a les meilleures pharma du monde.

    • Bonhomme le 25.03.2020 13:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Raoul le Raoult

      Il est urgent d'attendre. Vous êtes certainement un grand spécialiste . Combien de mous doit on attendre??

  • Mimi le 25.03.2020 03:43 Report dénoncer ce commentaire

    Réponse d'ici 2 semaines 600 mg chloro/ jour pour

    Je crois que le professeur Raoult vois juste, on le saura dans 2 semaines. Pourquoi le donne t on aux cas graves si ça ne marchait pas...y en a nul part dans les pharmacies. Reserv pour les cas graves... les généraux- médecins débattent en tant de guerre

    • Bonhomme le 25.03.2020 14:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mimi

      L'idée d'après la conférence de ce monsieur Raoult est de traiter les personnes contaminées assez tôt. Cela devrait réduire la durée de la contagiosité des malades. Et donc aussi le nombre de personne qu'ils contaminent. Le donner aux malades dans un état grave peut-être les sauver. Tant mieux si c'est le cas. Maus l'idée initiale est de raccourcir la durée pendant laquelle on peut contaminer les autres.

  • Joe le 25.03.2020 03:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prise de température systématique

    Pourquoi ne testons-nous pas la temperature systématiquement pour toute personne qui entre dans un magasin, bureau, aeroport comme l'a fait Hong Kong ou Singapour? Ca a l'air si simple de le faire et cela pourrait rassurer beaucoup de monde et ralentir le virus.

    • Antoine le 25.03.2020 07:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Joe

      Le malade n'est pas une pile combustible qui contamine les gens par radiation. Une distance suffisante de sécurité permet d'éviter de l'attraper.

    • France Web le 26.03.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Joe

      Ma fille la eu et sans aucune temperature donc....