Tribunal cantonal vaudois

14 novembre 2019 22:10; Act: 15.11.2019 07:56 Print

«Président, ne me parlez pas comme à un chien!»

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Une avocate et l'un des présidents du Tribunal cantonal ont eu des échanges houleux, jeudi. L’audience a été reportée.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

La sérénité a fait faux bond à l’audience du Tribunal cantonal vaudois jeudi, lors d’une affaire de mise en danger de la vie d’autrui. Le président Marc Pellet a, à plusieurs reprises, estimé que les questions de Me Maryam Massrouri n’étaient «pas pertinentes». L’avocate, qui interrogeait son client sur les conditions de visite de son enfant en prison, a elle aussi haussé le ton. «C’est terminé! Monsieur  le président, je ne vous permets pas de vous adresser à moi comme à un chien!» Le juge a alors menacé l’avocate de la priver de parole. Du public, une voix en colère a mis de l’huile sur le feu. «Arrêtez de l’interrompre tout le temps», a crié un homme tiré à quatre épingles en apostrophant le président. «Sooor-teeeez!» a martelé le magistrat. Il s'est finalement ravisé en accordant une seconde chance au trublion.

Reprise des hostilités après la pause

Après une courte suspension d’audience, les esprits ne se sont pas calmés pour autant. Au contraire, les hostilités ont repris de plus belle. «Les hommes de loi ne peuvent pas se contenter d’appliquer le droit. Ils doivent aussi faire preuve de bon sens...» Me Maryam Massrouri n’a pas fini sa plaidoirie. Elle a été interrompue plusieurs fois. «Vous plaidez n’importe comment et vous faites preuve de grossièreté», a déclaré le juge, qui a décrété une pause pour que l’avocate «structure sa plaidoirie». Cette dernière a insisté à plusieurs reprises pour que les propos du président figurent dans le compte-rendu d'audience.

Dès la reprise, la Cour a délié l'avocate de son mandat commis d’office. «Un nouvel avocat sera désigné. L’affaire est renvoyée», a tonné le président. Pieds enchaînés tout au long de l'audience, le recourant a été invité par Marc Pellet à se déterminer. Il a déclaré qu’il ne voulait «en aucun cas» changer d’avocat. «Je demande la récusation de la Cour», a réagi Me Maryam Massrouri.