Vaud

27 décembre 2019 08:01; Act: 27.12.2019 11:56 Print

Une escort-girl conteste le placement de ses filles

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Une prostituée se bat pour récupérer ses deux filles de 6 et 10 ans qui font l'objet d'un placement d'urgence. Pour son avocate, la mesure a un lien avec la profession de la mère.

storybild

La femme assume son métier qui lui a fait perdre la garde de ses filles. (Photo: Romkaz)

Une faute?

«L'assistante sociale du Service de la protection de la jeunesse (SPJ) m'a dit au moins à plusieurs reprises que j'allais perdre la garde de mes enfants si je n'arrêtais pas de publier mes photos de charme sur Internet. C'est hors de question. Je suis une prostituée et je l'assume.» Tina* en est certaine: si ses deux filles de 6 et 10 ans sont placées en foyer depuis le 22 novembre, c'est à cause de sa profession d'escort-girl.

La trentenaire ne s'en cache pas: elle vit une détresse psychologique à cause du harcèlement scolaire dont sont victimes ses deux filles, surtout l'aînée. Un harcèlement lié à sa profession. «Face à cette situation, mon compagnon et moi, nous nous sentons impuissants et mis sous pression face à un système qui génère de l'intolérance», s'offusque la Vaudoise.

«Les parents ont transmis leur haine à leurs enfants»

«Son activité dérange les gens du village. Des parents ont transmis leur haine à leurs enfants et nos filles en pâtissent», déplore le compagnon de Tina. Pour préserver leurs enfants, Tina et son compagnon ont entamé des démarches pour que leurs deux filles changent d'école. Mais ce souhait a tardé à se concrétiser.

La tante maternelle des filles, qui les accueille régulièrement, aurait contacté le SPJ en novembre afin qu'elles puissent venir s'installer chez elle, à Morges (VD), et y être scolarisées. C'est là que la machine administrative s'est rapidement mise en marche. Mais pas dans le sens espéré par Tina et son compagnon. Le 22 novembre, une mesure d'extrême urgence a été prise sur requête du même jour du SPJ: une des filles a quitté l'école sous escorte policière pour être placée en foyer. Quelques heures plus tard, sa sœur, qui était restée à la maison pour cause de maladie, a connu le même sort.

Métier encadré par la loi et non la morale

«Même si cela ne ressort qu'en filigrane du rapport très sommaire du SPJ à la justice pour justifier sa requête et son urgence, la mesure prise et l'évaluation du SPJ ont un lien évident avec l'activité de ma cliente. Il convient de dissocier la femme escort-girl de la mère, qui aime ses deux filles et s'en occupe bien. Ce dernier point n'a d'ailleurs jamais été remis en question», plaide Me Isabelle Fellrath. L'avocate se dit «ébahie» par le traitement subi par la famille. «Ma cliente exerce un métier encadré par la loi. Et le fait que la morale condamne ce métier est sans pertinence. Pourquoi vouloir que quelqu'un qui exerce un métier légal s'en cache? On ne protège pas des fillettes en les arrachant à des parents aimants pour les placer dans l'urgence en foyer en attendant un bilan dans trois mois. Procéder ainsi, c'est perpétuer la stigmatisation et déplacer le problème», poursuit l'avocate.

Tina et son compagnon ne devaient être entendus par la justice de paix qu'à mi-janvier. Mais leur avocate a demandé et obtenu que l'audience soit avancée. Elle a eu lieu le 17 décembre. Par décision signifiée le 23 décembre, la justice de paix a confirmé le placement des enfants. Les parents ont dix jours pour faire recours.

*Prénom d'emprunt.