Villars-Ste-Croix (VD)

17 janvier 2020 14:06; Act: 17.01.2020 15:21 Print

A1: on pourra rouler sur la voie d'urgence dès lundi

La bande d'arrêt d'urgence sera utilisée aux heures de pointe pour fluidifier le trafic, sur le tronçon autoroutier entre Villars-Sainte-Croix et Cossonay.

storybild

Vue sur le tronçon autoroutier de l'A1 entre Villars-Ste-Croix et Cossonay. (Photo: google map)

Sur ce sujet
Une faute?

A partir de lundi, il sera possible de circuler aux heures de pointe sur la bande d'arrêt d'urgence de l'A1 entre Villars-Ste-Croix et Cossonay (VD). Cette mesure va fluidifier le trafic sur ce tronçon de 2,9 km, situé entre Yverdon et Lausanne et souvent surchargé.

Entamés en avril 2018, les divers travaux, installations et tests se sont achevés début janvier, annonce vendredi l'Office fédéral des routes (OFROU) dans un communiqué.

Ce n'est que la deuxième fois en Suisse qu'une bande d'arrêt d'urgence est aménagée pour fluidifier la circulation, précise Olivier Floc'hic, porte-parole de l'OFROU, contacté par Keystone-ATS. Jusqu'ici, seul le tronçon Morges - Ecublens, également en terre vaudoise, utilisait depuis 2010 la bande d'arrêt d'urgence comme troisième voie aux heures de pointe.

«C'est un système qui a fait ses preuves», remarque M. Floc'hic. Il renvoie à une étude de l'EPFL sur Morges qui a montré que la circulation était désormais plus fluide sur ce secteur. Les accidents et la pollution atmosphérique ont également diminué depuis la mise en service de la bande d'urgence.

L'aménagement du tronçon entre Villars-Ste-Croix et Cossonay a coûté 22 millions de francs. Il a été entièrement financé par la Confédération. Les équipements seront pilotés dès lundi depuis le centre de la Blécherette à Lausanne.

L'OFROU note que le trafic devrait encore «fortement augmenter» d'ici 2030 sur ce secteur. Il prévoit également, en plus de l'utilisation de la bande d'arrêt d'urgence, un système de dosage avec des feux à la jonction de Cossonay (entrée direction Yverdon). Ce système, qui sera mis en place mi-2020, «permettra de contrôler le flux d'insertion des véhicules sur l'autoroute», explique l'OFROU.

(nxp/ats)