Nyon (VD)

07 mai 2012 10:50; Act: 07.05.2012 19:57 Print

Affaire «Baxxter»: accord trouvé entre les parties

par Caroline Gebhard - Les parents du petit Bleon, attaqué par un molosse en décembre 2009, recevront 16'000 fr. La promeneuse reconnaît une «négligence» au moment des faits.

storybild

Les parents du petit Bleon, à leur arrivée au tribunal, lundi. (Photo: cge)

Sur ce sujet
Une faute?

«Cet accord est possible parce que Bleon va nettement mieux: les choses se sont arrangées sur le plan psychologique et la cicatrice a diminué.» Me Stefan Disch, conseil des parents du petit garçon blessé à l'oeil par un pitbull en 2009 à Préverenges, a exprimé sa satisfaction à l'issue de l'audience qui s'est tenue lundi matin à Nyon.

Renvoyés devant le tribunal de police, les parents de Bleon et la promeneuse de «Baxxter» sont donc parvenus à un accord. La famille du bambin recevra 16'000 fr. à titre de réparation pour tort moral et de participation aux frais d'avocat. Elle a également obtenu qu'il soit reconnu que leur bébé avait été blessé par «un coup de crocs» et que la promeneuse admette sa négligence au moment des faits. Lors de la balade du molosse, cette dernière tenait trois autres chiens en laisse lorsque «Baxxter» s'était approché de Bleon, le blessant au visage.

Les deux parties avaient fait opposition à l'ordonnance pénale rendue en juillet 2011 par le Ministère public. Condamnée à 30 jours-amende avec sursis pour lésions corporelles simples par négligence et à régler les 8225 fr. de procédure, la promeneuse demandait à être acquittée. Elle a finalement renoncé à son opposition, exception faite des 8225 fr. à sa charge. «Cela me semble surréaliste, a régi son avocat, Me Dan Bally. Ma cliente est à l'AI: elle ne pourra jamais payer.» L'homme de loi a en outre insisté sur les conséquences de cette histoire pour sa cliente: «elle est sous anti-dépresseurs depuis le début de cette affaire car elle n'arrive pas à assumer. Et elle a dû quitter le canton de Vaud car elle commençait à être insultée par ses voisins. Tout ça pour une «griffure» de chien.»

«Je ne m'occupe plus d'autres chiens»

Cette dernière assertion, justement, motivait en grande partie l'opposition des parents du petit Bleon. Dans son ordonnance, le procureur avait retenu que la blessure infligée au bébé était la conséquence d'une griffure et non d'une morsure. En obtenant la reconnaissance d'«un coup de crocs» ainsi que 16'000 fr., le couple a également fini par renoncer à son opposition.

La promeneuse saura dans quelques jours si elle a obtenu une réduction des 8225 fr. de frais de procédure qui lui incombent. Mais elle est désormais certaine d'une chose: «si quelqu'un me demande un conseil pour son chien, je le lui donne, mais je ne m'occupe plus d'autres chiens.»