Vaud

04 octobre 2018 15:44; Act: 04.10.2018 21:21 Print

Affaire du père incestueux: le No1 du SPJ «remercié»

«Tirant les leçons du rapport Rouiller», l'Etat de Vaud a annoncé jeudi que les changements au sein du Service de protection de la jeunesse devaient être «portés par une nouvelle personne».

storybild

Christophe Bornand (à droite) fait les frais de l'affaire du père incestueux.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Service de protection de la jeunesse (SPJ) du canton de Vaud perd sa tête. Le Conseil d’Etat a annoncé jeudi le départ de son chef, Christophe Bornand.

Cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, la conseillère d’Etat Cesla Amarelle tire ainsi les premières leçons du rapport de Claude Rouiller. L’audit de l’ancien président du Tribunal fédéral pointe du doigt les graves erreurs du SPJ dans l’affaire d’un père de famille incestueux condamné le 29 mars pour inceste. Lors de la présentation de cet audit, le 24 septembre, elle avait annoncé un «changement de culture» et des premières mesures. «Cesla Amarelle et Christophe Bornand ont estimé, d’un commun accord, que la mise en place des changements devait être portée par une nouvelle personne», indique un communiqué.

Frédéric Vuissoz, chef de l’Office des curatelles et tutelles professionnelles, prend la direction par intérim. Par ailleurs, Jean Zermatten, président du Tribunal des mineurs du canton du Valais, présidera une Commission interdisciplinaire d’éthique et de protection chargée d’apporter «un regard neuf et critique» sur les cas les plus sensibles gérés par le service. La création de cette commission d’experts apportera une réponse à deux principales recommandations du rapport Rouiller: la nécessité de renforcer l’interdisciplinarité dans les pratiques du SPJ et le besoin de porter un regard critique sur les routines du service à l’épreuve des cas limites.

Appel jugé lundi

Condamné à 18 ans de prison, le père de famille incestueux a fait recours. Le procès se tient lundi. Selon lematin.ch, la défense opposera la lourdeur de la sanction à l’inaction des services sociaux.

Elle devrait aussi contester la violation du devoir d’éducation: «Comment soutenir sérieusement que notre client a pu comprendre qu’il ne remplissait pas ses obligations, puisque les enfants ne lui étaient pas enlevés par les autorités?» s’interroge un avocat. Punie de 3 ans de prison dont 6 mois ferme, la mère n’a pas recouru.

(gma/20 minutes)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nassara le 04.10.2018 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pfffffffff!

    Ainsi donc, le père incestueux a la visage caché, mais pas le chef de la SPJ!!! N'a-t-il pas droit lui aussi à la discrétion?!

  • Swellendame le 04.10.2018 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Affaire du père incestueux

    Et le juge ? Dans cette affaire répugnante ? Il est toujours en fonction ???

  • titi le 04.10.2018 16:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A voir...

    Espérons que les choses changeront.. mais j en doute avec tous "les cas" sociaux avec enfants que je connais... Ce n'est pas facile j'en conviens mais quand il s agit d'enfants ça doit être pris très très au sérieux!

Les derniers commentaires

  • Mendrisiotto le 25.10.2018 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ????

    Et je vais souligner, que des mères sous contrôle de la SPJ, disent aux gosses de dire au passage de ces derniers ,que tout va bien.

  • flex le 09.10.2018 18:08 Report dénoncer ce commentaire

    SPJ de Rolle à nettoyer

    Il faut contrôler la SPJ de Rolle...il y a aussi du nettoyage à faire !!!

  • Sema le 08.10.2018 18:20 Report dénoncer ce commentaire

    Un service qui ne sert à rien

    Le SPJ veut fabriquer de futurs amuseurs en laissant les enfants entre les mains de leur bourreaux et je sais de quoi je parle! on dénigre la parole des enfants parce-que ça ne fait pas bien! Il veulent s'assurer de futurs mandats mais ne se préoccupent absolument pas de la santé des enfants qui leur sont confiés

    • Christa le 25.10.2018 15:04 Report dénoncer ce commentaire

      Spj

      Pour écouter,ou plutôt pour comprendre les enfants,ils sont pas encore au top. Et je sais aussi de quoi je parle.

  • Guillaume De Baskerville le 07.10.2018 23:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au trou!

    Au trou ces criminels !

  • Victor le 07.10.2018 23:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les misérables

    Politiques, magistrats et services sociaux unis dans le but de pourrir la vie des plus vulnérables comme pour les punir dêtre ce quils sont. Ah le sordide parfum des années 30 ou des misérables de Victor Hugo...