Renens (VD)

19 février 2019 09:27; Act: 19.02.2019 11:08 Print

Agent condamné pour un excès de vitesse injustifié

par Christian Humbert - Flashé lors d'une course-poursuite, l'homme a écopé d'une plus grosse amende que le scootériste qu'il a fini par intercepter.

storybild

L'agent circulait à 81 km/ h sur un tronçon limité à 50. (Photo: iStock / Image prétexte)

Une faute?

Un policier zélé qui avait roulé trop vite pour intercepter un scooter vient d’être condamné. «Une telle sanction n’a pas démobilisé les agents, car la faute est avérée», assure Frédéric Schaer, commandant de la police de l’Ouest lausannois.

En cette soirée d’avril 2017, l’agent avait enclenché feu bleu et sirène de sa voiture de police banalisée, lorsqu’il avait vu un scootériste ne pas respecter l’ordre des présélections et rouler sur la voie des bus, à la rue de Lausanne, à Renens (VD). Dans la poursuite, il a été flashé à 81 km/h sur un tronçon limité à 50. En outre, les photos du radar ont montré que le quadragénaire roulait 200 m derrière le deux-roues et que tous deux ont dépassé par la droite une file de véhicules, dont une ambulance.

«Il a agi par sens du devoir»

Rattrapé, le scootériste a écopé de 160 francs d’amende. Quant au policier, il n’avait aucune «nécessité de prendre des risques» et «la vitesse était clairement disproportionnée», vient d’estimer le procureur général du canton de Vaud, Éric Cottier. L’agent a lui-même admis que le fuyard ne présentait pas un grand danger.

Le procureur n’ a cependant pas retenu une violation grave de la loi sur la circulation routière: «L’agent n’est pas un conducteur dénué de scrupules. Il avait enclenché les avertisseurs. La poursuite s’est déroulée sur un tronçon rectiligne. Il a agi par sens du devoir.» Pour violation simple de la loi, le policier écope d’une amende de 500 francs et de 300 francs de frais. Le condamné n’a pas fait appel.

«Pas au-dessus des lois»

«En principe, une enquête administrative est ouverte sitôt les faits connus et suspendue dans l’attente de la décision pénale.
Le comité de direction a plusieurs mesures à disposition, qui vont de l’absence de sanction à l’avertissement, voire au renvoi selon la gravité», commente Frédéric Schaer, commandant de la police de l’Ouest lausannois. Il ajoute: «Les agents sont informés de ce qu’ils peuvent faire ou non. Ils ne sont pas au-dessus des lois. Chaque dépassement de vitesse est étudié.»