Crise à Vevey

10 décembre 2019 11:14; Act: 10.12.2019 12:04 Print

Agnant et Christen renoncent à faire appel

Condamnés à une peine «symbolique,» les deux municipaux veveysans veulent désormais tourner la page.

storybild

Michel Agnant et Jérôme Christen (à droite) veulent ainsi éviter les tumultes disproportionnés qu'un recours pourrait entrainer. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les municipaux Michel Agnant et Jérôme Christen renoncent à faire appel suite à leur condamnation à une peine «symbolique» pour violation du secret de fonction. Ils souhaitent contribuer à clore sagement un mauvais feuilleton, pénible tant pour eux que pour la communauté veveysanne.

«Par souci de pacification et afin d'éviter des tensions institutionnelles supplémentaires», Michel Agnant et Jérôme Christen ont décidé de ne pas faire appel du jugement du Tribunal de police de l'arrondissement de l'Est Vaudois. Celui-ci les avait condamnés à une peine pécuniaire de 10 jours-amende à 80 francs, avec sursis durant deux ans, rappellent-ils mardi dans un communiqué.

Même s'ils persistent à penser que la situation de blocage politique à laquelle ils étaient confrontés aurait justifié d'abandonner le dernier grief à leur encontre, les municipaux de Vevey libre estiment que leur honneur doit s'accommoder de cette condamnation symbolique. Il s'agit «d'éviter les tumultes disproportionnés que pourrait provoquer un nouveau jugement devant la Chambre pénale du Tribunal cantonal», soulignent-ils.

Indemnité allouée

Les trois quarts des frais de la procédure pénale ont été mis à la charge de l?Etat. Les deux élus se sont en outre vus allouer une indemnité de 10'550 francs au titre de participation à leurs frais de défense pénale, également à la charge de l'Etat, précise le communiqué.

Les deux édiles avaient comparu mi-novembre devant le Tribunal de police pour avoir remis des documents internes en lien avec l'affaire Girardin à des tiers. Ils ont été condamnés pour une partie des faits, soit la transmission à leur conseiller personnel. En décembre 2018, les élus avaient été suspendus de leur fonction par le Conseil d'Etat à la demande de la Municipalité de Vevey avant d'être réintégrés début octobre. Ajoutées à l'affaire Girardin, les accusations portées à leur encontre avaient plongé Vevey dans la crise.

(nxp/ats)