Saint-Légier (VD)

27 mai 2019 19:41; Act: 30.05.2019 16:25 Print

La fille de la victime nie avoir frappé et tué sa mère

par Yannick Weber - Le corps d'une femme avait été retrouvé dans un container dans une forêt à Corsier-sur-Vevey. Le procès du mari et de la fille s'est ouvert lundi.

storybild

Le corps avait été retrouvé par un promeneur à Corsier-sur-Vevey. (Photo: Le Matin/CHU)

Sur ce sujet
Une faute?

Tuée à son domicile à Saint-Légier (VD) et sa dépouille en décomposition retrouvée quatre mois plus tard dans un container par un promeneur dans une forêt à Corsier-sur-Vevey. C'est le triste sort d'une femme de 70 ans, tuée par son mari avec la complicité présumée de la fille unique du couple. L'homme est détenu depuis ses aveux. Sa fille, elle, est à nouveau en liberté après avoir également passé plusieurs mois en détention. La responsabilité de la fille dans la mort de sa mère est l'un des enjeux du procès qui s'est ouvert lundi matin devant le Tribunal criminel de l'arrondissement de l'Est vaudois. A-t-elle participé aux coups, ou a-t-elle seulement aidé son père à dissimuler le corps?

«Il n'y avait plus rien à faire»

Entendue par la Cour, la prévenue a défendu la deuxième version. Lors de cette nuit fatale de décembre 2016, elle dit avoir reçu un coup de fil de son père après que ce dernier s'était disputé avec sa femme. Arrivée sur les lieux, elle aurait découvert sa mère baignant dans son sang, sur le balcon. «J'ai cherché son pouls, essayé de trouver un souffle... mais il n'y avait plus rien à faire. J'ai pris son visage dans mes mains et l'ai embrassée sur la joue», a-t-elle raconté.

L'acte d'accusation dressé par la procureure montre une version différente des faits. L'accusée aurait été présente lors de toute la scène et aurait également frappé sa mère. Le médecin légiste, entendu sur son rapport d'autopsie, a rappelé que l'état de dégradation du cadavre, retrouvé quatre mois plus tard, ne permettait pas d'établir avec certitude quels coups ont provoqué la mort, ni ses causes exactes. Des fractures et des lésions ont par contre été observées.

Corps dissimulé et suicide simulé

La suite est peu contestée par la fille de la victime. Son corps a été ligoté en position foetale et dissimulé dans un container. Ce n'est que quatre jours plus tard que le duo, après avoir cherché un lieu propice et nettoyé la scène du crime, a jeté le container dans la forêt. La femme a établi son récit, tordue par la douleur de ses souvenirs. «On voulait seulement glisser le container sous une corniche. Mais il a dévalé le ravin à toute vitesse, on entendait le craquement des arbres et des branches pendant la chute», a-t-elle témoigné, en pleurs. Le père et sa fille ont tenté de mettre en scène un suicide, abandonnant la voiture du couple au bord du Rhône. Jusqu'à la macabre découverte.

La fille de la victime a également été interrogée sur un environnement familial fait d'accès de violence de la mère, avec des «crises» et une consommation d'alcool qui pourrissaient la vie de ses proches. Le mari de la victime a abondé, parlant d'une femme avide de tout contrôler. Pris de violentes quintes de toux, l'homme âgé aujourd'hui de 81 ans a été ménagé le temps de l'audition d'un inspecteur chargé de l'enquête. Ce dernier a été attaqué par les avocats de la défense sur le contenu de ses rapports. La confrontation a donné lieu à de vifs débats.

Le duo est sur le banc des accusés pour assassinat et atteinte à la paix des morts. L'audition du mari sur le déroulement des faits aura lieu mardi.