Pully (VD)

29 juin 2010 22:44; Act: 29.06.2010 19:42 Print

Attaque contre le blé transgénique

par Raphaël Pomey - Des militants écologistes ont revendiqué l’opération, un an après leur premier sabotage.

storybild

Grillage et agents de sécurité ne suffisent pas face aux vandales. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les anti-OGM radicaux ne baissent pas les bras face aux tests de blé transgénique. Presque un an jour pour jour après l’aspersion d’un mélange à base de diesel sur le terrain étudié de Pully, les voilà qui remettent ça.

Dans un texte anonyme sur le Net, ils annoncent une nouvelle attaque réalisée aux herbicides, la semaine dernière. «Il est trop tôt pour connaître son impact», peste Arnold Schori, de l’Agro­scope de Changins-Wädenswil. Responsable des essais, il annonce qu’une plainte a été déposée. «Est-ce une coïncidence que ce sabotage intervienne un an après la première attaque? Je ne sais pas.»

Fer de lance des anti-OGM pulliérans, le popiste Julien Sansonnens n’en sait rien non plus. Mais il savoure: «Ce n’est pas ma façon de combattre les OGM, mais cette action me semble légitime. Du moment que personne n’est blessé...» Pour lui, l’action prouve que la population n’accepte pas les essais de blé transgénique, contrairement à ce que cherchent à faire croire ses défenseurs. Le conseiller national écologiste Christian van Singer est presque aussi dur: «Je n’approuve pas le sabotage, mais il faut voir que ces tests ne cherchent pas à répondre à la seule question qui intéresse les Suisses: les OGM sont-ils dangereux pour la santé?»

Municipal à Pully, Martial Lambert tempère: «Je ne suis de loin pas pour les OGM, mais qu’on laisse les scientifiques finir leur travail. Comme ça, le peuple pourra ensuite dire oui on non à ces produits en connaissant leurs risques et leurs avantages.»