Belgique/Suisse

25 février 2019 22:35; Act: 25.02.2019 22:35 Print

Au volant, coincer son Natel sous le voile est légal

Une photo a fait le buzz en Belgique. On y voit une femme téléphoner avec l'aide de son voile. Le geste n'est pas répréhensible.

storybild

(Photo: AFP)

Une faute?

Une photo prise il y a dix jours entre Luxembourg et Bruxelles a beaucoup fait parler les médias belges. On y voit une femme voilée circuler sur l'autoroute avec les deux mains sur le volant, mais avec un téléphone portable bien vissé à l'oreille. Il semble que l'appareil soit coincé sous son foulard.

Le site dh.be a publié l'image en interrogeant un expert, qui estime que le comportement de cette femme n'est pas répréhensible. «Le code de la route belge dit qu'un conducteur ne peut pas utiliser le téléphone en le tenant en main, explique Benoît Godart, porte-parole de l'institut Vias. Dans le cas qui nous occupe, il n'est pas tenu en main, donc il n'y a pas de problème.»



Pas interdit d'office en Suisse

Une analyse également valable dans notre pays. «Le chiffre 311 de l’Ordonnance sur les amendes d’ordre sanctionne les usagers qui utilisent leur téléphone portable sans dispositif main libre, indique Jean-Christophe Sauterel, directeur de la communication au sein de la police cantonale vaudoise. On ne saurait donc reprocher une quelconque faute au conducteur qui disposerait de ses deux mains pour piloter son véhicule. Toutefois, le conducteur qui serait victime d’un accident et mettrait en cause le fait d’avoir été distrait par un appel, même avec un kit main libre, serait sanctionné à l’article 3, alinéa 1, de l’Ordonnance sur les règles de la circulation routière.»

Dans tous les cas, celui qui mettra en danger la sécurité des autres utilisateurs, avec ses deux mains sur le volant ou pas, pourra être dénoncé. Et si le coup de fil ne peut pas attendre, le plus raisonnable est encore de s'arrêter avant de le passer.

(frb)