Votations

20 mai 2019 17:06; Act: 20.05.2019 17:25 Print

Avec la RFFA, Vaud a gagné en compétitivité

La diminution de l'imposition des bénéfices des entreprises pratiquée par les cantons pour compenser la RFFA, redistribue les cartes. Berne dégringole, Glaris gagne quatre places.

storybild

Lausanne. Photo d'illustration. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La réforme fiscale des entreprises liée à l'AVS (RFFA), acceptée dimanche en votation par les Suisses, et la manière dont les cantons s'y adaptent ont des conséquences sur leur compétitivité. Vaud a gagné trois places sur un an par rapport aux autres cantons.

«Après l'acceptation de la réforme fiscale par les urnes, les cantons sont dans l'expectative», note la banque UBS, qui a mis à jour lundi son indicateur de compétitivité des cantons (ICC). «Tandis que certains réduisent nettement leurs impôts sur le bénéfice ou envisagent de le faire rapidement, d'autres hésitent ou renoncent même à toute modification».

Le canton de Vaud, où le taux d'imposition pour les sociétés a été abaissé, pointe désormais à la quatrième position de l'ICC. Genève (10e), Fribourg (13e) et Neuchâtel (19e) ont chacun progressé d'un rang, tandis que le Valais et le Jura stagnent en fin de classement.

Comme en 2018, Zoug reste le canton le plus compétitif. Grâce à sa nette réduction du taux d'imposition des bénéfices, Bâle-Ville (2e) a dépassé Zurich (3e). Ces trois cantons se détachent nettement du lot. Le canton de Glaris (18e) est celui qui a fait le plus gros bond en avant, avec quatre places gagnées.

Le canton de Berne dégringole

Après le refus du projet de mise en oeuvre cantonal, le taux d'imposition des bénéfices du canton de Berne (21e) est le plus élevé de Suisse, ce qui lui a fait perdre six places dans l'ICC. Le canton de Soleure (17e), où le volet cantonal de la RFFA a été rejeté dimanche dans les urnes, a lui cédé une place. Schwyz (7e) et Lucerne (8e), qui n'ont que faiblement, voire pas du tout abaissé les impôts sur les bénéfices, perdent chacun deux places chacun.

Une amélioration de la compétitivité à l'aide de baisses d'impôts a son prix, souligne UBS. Ce sont les cantons de Bâle-Ville et de Genève qui devraient enregistrer les plus gros déficits fiscaux rapportés à leurs recettes totales.

Mais ces cantons disposent d'ores et déjà d'une marge de manoeuvre inférieure à la moyenne au niveau des finances publiques, écrit la banque. Ils ont donc tout intérêt à ce que les réformes fiscales se traduisent par une croissance économique élevée à moyen terme et leur permettent de faire partie des gagnants dans la compétition locale.

L'ICC mesure le potentiel de croissance d'un canton sur le long terme. Il se fonde sur huit indicateurs: structure économique, innovation, capital humain, marché du travail, accessibilité, bassin de réception, environnement de coûts et finances publiques.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lulu le 20.05.2019 17:44 Report dénoncer ce commentaire

    Continuons de picorer paisiblement

    Quand il y a un gagnant il ya forcément des perdants . Ce sera le peuple qui comme de bon pigeons compensera les pertes de cette petite gueguerre que ce livre les cantons .

  • L'ApprentiSorcier le 20.05.2019 17:53 Report dénoncer ce commentaire

    A cause de ce manque à gagner

    Il y aura une forte augmentation des impôts pour la classe moyenne, surtout à Lausanne, alors que l'on en paie déjà le double qu'à Zürich

  • popeye le 20.05.2019 18:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    super

    Messieurs Junod et Broulis vous avez maintenant toutes les cartes en mains pour baisser sérieusement les impôts des Vaudois et Lausannois !

Les derniers commentaires

  • Tarkus le 20.05.2019 21:27 Report dénoncer ce commentaire

    Rien ne change.

    Toujours trop de vaudois à Genève.

    • Turak le 20.05.2019 23:59 Report dénoncer ce commentaire

      Rien ne change

      Et de français ...

  • Pigeon le 20.05.2019 19:59 Report dénoncer ce commentaire

    RFFA

    Et vous croyez qu'ils vont se faire du soucis pour nous,Broulis veut 1 millions d'habitants dans le canton dont 1/3seront subventionnés,1/3 ne payent payent pas d'impôts,les entreprises vont payer encore moins, Broulis et junod vont se débrouiller pour augmenter leurs salaire et frais parcequ'ils sont les meilleurs pour nous plumer. Je souhaite que cette compétition entre cantons soit stoppée ce n'est tout simplement plus vivable et transparent encore moins. Et le Vaudois va les remercier !

  • Jacques le 20.05.2019 19:58 Report dénoncer ce commentaire

    Pour action

    Nos argentiers vaudois Avec ce cadeau que vous avez reçu ce week-end Vous pouvez nous baisser les impôts et reprendre les bouts de routes que vous avez donner aux communes et les entretenir un peu. Et ne pas tout donner aux JO 2020.

  • Moutons à tondre le 20.05.2019 18:45 Report dénoncer ce commentaire

    Comment la majorité a pu être si naïve?

    Je me réjouis dans quelques années quand on va reparler des conséquences de la RFFA! Comme quand on parle de la LaMal?

  • Larmailli le 20.05.2019 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La dictature des sur-éduqués

    Et si on parlait de Pierre Chiffelle ? Cet avocat procédurier, activiste, grand bafoueur de la démocratie, la vraie, pas la démocratie des communistes de salon. Celui qui, après avoir sévit au côté de F. Weber, menace maintenant de faire annuler la votation sur la RFFA si cette dernière était acceptée par le peuple!

    • Sersto77 le 20.05.2019 19:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Larmailli

      Tout cela poussé par le POP qui démocratiquement parlant pèse peu face au 66% de oui dans les urnes.