Morges (VD)

07 janvier 2016 15:04; Act: 07.01.2016 18:04 Print

Burki: «Depuis un an, les dessinateurs ont peur»

Un an après le drame de «Charlie Hebdo», le dessinateur Raymond Burki estime que nombre de dessinateurs de presse «font de l'autocensure».

storybild

Raymond Burki à l'exposition "Relire Charlie Hebdo" à la Maison du Dessin de Presse, à Morges. (Photo: Keystone)

Une faute?

Présent lors du vernissage de l'exposition «Relire Charlie Hebdo» jeudi à la Maison du dessin de presse à Morges, sa traditionnelle casquette sur la tête, Burki glisse d'une voix cassée: «Depuis un an, depuis ce moment scandaleux, on sent que certains sujets sont édulcorés, détournés» dans les rédactions.

La disparition de plusieurs de ses confrères comme Cabu, Wolinski ou Charb sous les balles de terroristes, il s'en remet avec peine. «J'admirais le travail de Cabu depuis 40 ans et une année sans lui, c'est pas facile.» Et d'ajouter: «Ces dessinateurs se battaient pour la liberté d'expression.»

Pour celui qui a dessiné pendant 38 ans pour «24 heures», «il faudra du temps pour que la cicatrice se referme et ce ne sera plus jamais comme avant».

(nxp/ats)