Savigny (VD)

22 juillet 2019 20:15; Act: 24.07.2019 10:20 Print

Une élue chante un hymne antifasciste à la tribune

par Frédéric Nejad Toulami - Présidente du gouvernement vaudois, Nuria Gorrite était invitée comme oratrice au dernier jour de la Fête des Jeunesses campagnardes, dimanche. Elle a entonné Bella Ciao.

Nuria Gorrite en train de chanter à la tribune face aux Jeunesses campagnardes vaudoises, à Savigny.
Sur ce sujet
Une faute?

«Une chanson, une chanson!» Les centaines de personnes présentes dimanche après-midi sous le chapiteau de la fête de la Fédération vaudoise des jeunesses campagnardes (FVJC) n'ont pas failli à la tradition. A la fin de l'allocution de l'invité politique, ils ont réclamé avec enthousiasme que l'orateur les gratifie d'une rengaine.

Cette année, c'est Nuria Gorrite, présidente du gouvernement cantonal, qui représentait le Conseil d'Etat vaudois à la 100e de la FVJC. Mais la socialiste n'a pas été prise de court car elle s'était déjà rendue par le passé à ces fêtes de jeunesses.

«Je vais vous en chanter une que vous connaissez, sur laquelle vous dansez en boite, a annoncé Nuria Gorrite à la foule. Mais c'est une chanson qui a du sens, qui parle de la nécessité de défendre ses valeurs et la liberté. Je crois que vous savez le faire alors on va la chanter ensemble.» Sous le regard du nouveau président du Grand Conseil, l'UDC Yves Ravenel, elle a entonné Bella Ciao, l'hymne des partisans italiens anitfascistes durant la Seconde guerre mondiale. Et une partie de la salle l'a accompagnée avant de l'applaudir.

S'agit-il d'un clin d'oeil malicieux de la politicienne de gauche en terres plutôt enclines à voter à droite? Elle s'en défend: «J'interprète des chansons qui ont du sens et en accord avec qui je suis. On entend beaucoup Bella Ciao mais les paroles en italien sont-elles comprises? Il ne s'agit pas d'une chanson d'amour, mais bien d'un hymne qui défend des valeurs, comme la liberté. Or, la FVJC défend aussi des valeurs et j'apprécie ce qu'elle fait.»

Président de la FVJC, Cédric Déstraz admet qu'il connaissait cette chanson sans en avoir saisi le thème. «De la part de Nuria Gorrite, il y a probablement un peu de provoc' mais ça fait sens s'amuse-t-il. D'ailleurs, les thèmes du travail, de la liberté ou de l'exode rural nous parlent aussi.»

(FNT)