Accident sur l'A1

10 octobre 2019 12:26; Act: 11.10.2019 06:50 Print

Pourquoi le chaos s'est prolongé jusqu'à minuit

Mercredi, suite au tragique décès d'une conductrice en fin de matinée, l'autoroute est restée fermée plus de 12 heures, tant les circonstances étaient spéciales.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est véritablement un drame qui s'est joué mercredi matin sur l'autoroute A1, à la hauteur de Morges. Une conductrice de 43 ans a été tuée sur la chaussée direction Lausanne par une roue éjectée suite à une collision entre deux voitures sur la chaussée direction Genève. Un horrible concours de circonstances: «J'en ai encore les frissons quand j'en parle», nous dit Christian Lambiel le répondant presse de la police cantonale vaudoise.

Alors qu'elle s'est produite vers 10h30, cette tragédie a provoqué un chaos sur les routes avoisinantes jusque vers minuit. «Car il s'agissait d'un cas tout à fait exceptionnel», explique le policier. Les secours ont d'abord dû accéder aux deux côtés de l'autoroute. «Nous avons en premier fermé la chaussée direction Lausanne, afin de nous occuper en priorité de la victime.» Puis il a fallu amener du matériel scientifique afin de recueillir toutes les données sur les circonstances de l'accident et ensuite déblayer la chaussée. Cela a duré jusque vers le milieu de l'après-midi.

Pas de blessés de l'autre côté

Ensuite, il a fallu fermer la chaussée direction Genève (les deux ont alors été fermées simultanément un court instant, avant de rouvrir celle côté lac) et là également, prendre toutes les mesures nécessaires afin de comprendre ce qui s'était produit, puis évacuer les deux véhicules accidentés. Ses occupants, dont on ignore pour l'instant tout, n'ont pas été blessés. L'enquête pénale ouverte par la procureure de service devra établir les responsabilités de chacun. Les images des caméras de surveillance devraient aider, mais les mesures prises sur place servent également à faire une reconstitution en trois dimensions des événements.

Ce qui est clair, c'est qu'un banal accident d'un côté a eu des conséquences inimaginables. Il a fallu l'intervention d'au moins 8 patrouilles de gendarmerie, d'inspecteurs de la police scientifique, des pompiers du SDIS Morget, d'ambulances du SMUR et du CSU Morges. «C'est considérable, sans toutefois être exceptionnel», constate le répondant presse. Ce qui l'est, vraiment, c'est que les deux côtés de l'autoroute aient été concernés, nécessitant une fermeture d'une durée tout à fait inhabituelle. Il a fallu également organiser des deux côtés l'évacuation de tous les véhicules coincés dans les bouchons. Bouchons qui se sont répercutés sur toutes les routes avoisinantes jusque vers environ minuit. Il a d'ailleurs fallu faire appel à la protection civile pour dévier le trafic sur des routes de délestage, provoquant, comme l'a constaté le «Journal de Morges», des engorgements sur des tronçons habituellement déserts.

Michel Pralong/lematin.ch

(mp)