Lausanne

08 mai 2012 18:23; Act: 08.05.2012 19:08 Print

Cinq ans de prison requis contre le passeur

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Le ministère public demande une peine sans sursis pour le Géorgien de 43 ans qui voulait quitter la Suisse avec 850 bijoux volés.

Une faute?

«Il fait partie d’une organisation criminelle». Dans son réquisitoire, la procureure Valérie Favre a chargé, mardi au Tribunal d’arrondissement de Lausanne, le prévenu géorgien âgé de 43 ans. L'homme avait été arrêté à Genève en 2008 avec 850 bijoux volés dans sa voiture. La représentante du ministère public a requis une peine ferme de cinq ans – à déduire de la détention préventive – pour recel, blanchiment d’argent et participation à une organisation criminelle. L’homme avait une couverture: l’exportation de voitures d’occasion.

«Pourquoi ne pas accuser aussi des avocats?»
Me Marcel Paris dénonce, lui, les «raccourcis grossiers» de l’accusation. «Des voleurs géorgiens ont son numéro de téléphone, donc il est membre de la mafia. On pourrait aussi accuser beaucoup d’avocats», a-t-il ironisé dans une cinglante contre-attaque. Il s'est également étonné qu'une mafia dite géorgienne utilise des des termes russes. Avant de demander à ce que le Tribunal se montre clément avec «une peine maximiale de trois ans.»

Si la procureure estime que le Géorgien a joué un rôle de maillon central de la chaîne des malfaiteurs géorgiens en Suisse, l'avocat estime que son client est «un chauffeur et non un transporteur». Tant en Suisse qu'en Géorgie, le casier judiciaire du mécanicien de formation est vierge, a rappelé Marcel Paris. Jusque-là impassible et dépité, l’accusé esquisse alors un sourire. Celui de l’espoir. Il sera fixé sur son sort vendredi.