Lausanne

15 mai 2019 06:13; Act: 15.05.2019 06:13 Print

Coller la voiture de devant lui vaut un long retrait

par Christian Humbert - Privé de son permis pendant 8 mois, un conducteur a fait recours. Mais les juges cantonaux ont confirmé la sanction.

storybild

Ne pas laisser une distance suffisante avec la voiture qui précède peut coûter très cher à l'auteur de cette infraction. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Coller au pare-chocs arrière d’une voiture sur l’autoroute est une infraction grave qui justifie un long retrait de permis, d’autant plus si le conducteur n’en est pas à sa première sanction administrative. Tel est le sens d’une récente décision judiciaire rendue à la suite du recours d’un quadragénaire. Celui-ci avait déjà été privé de permis en juillet 2016, pour excès de vitesse. Un an plus tard, il a été repéré par une patrouille de la police autoroutière alors qu’il roulait à 3 mètres de la voiture le précédant. La manœuvre s’est déroulée sur 800 m, de nuit, et à près de 110 km/h.

L’homme a été condamné par ordonnance pénale pour violation simple de la loi sur la circulation routière (LCR). Il s’est opposé à cette condamnation, ainsi qu’au retrait de permis de 8 mois prononcé par le service des automobiles (SAN). En mars 2018, le tribunal de police a confirmé la sanction de 20 jours-amende avec sursis et 300 fr. d’amende.

De son côté, le SAN avait aussi rejeté la réclamation du condamné. Et c’est contre le retrait de son permis que le quadragénaire a recouru auprès du Tribunal cantonal. Celui-ci vient de le débouter, les juges cantonaux considérant même qu’il s’agit d’une violation grave de la LCR et non simple. Le recourant étant sans emploi, il ne peut justifier d’un besoin professionnel de conduire: «Il peut utiliser les transports publics. Un retrait de 8 mois n’est pas excessif pour un récidiviste», a conclu le tribunal.