Accident CGN-Voilier

01 septembre 2013 15:57; Act: 02.09.2013 21:30 Print

Collision entre un bateau de la CGN et un voilier

Le «Simplon», qui assurait la liaison entre Nyon (VD) et Yvoire (F), a été percuté par un voilier dimanche. Un ado a été sérieusement touché, tandis qu'un autre passager a été légèrement blessé.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Un voilier de plaisance est entré en collision avec le bateau «Simplon» qui voguait sur le Lac Léman, dimanche peu avant midi. «On a entendu un long moment notre bateau klaxonner puis un gros boum», raconte Anthony, qui avait pris place à bord du navire de la CGN.

La petite embarcation était sur le point de participer à une course du championnat de série Luthi 870. «J'imagine que le barreur était masqué par son spi, raconte Christian Schlaeppi, président du comité d'organisation de la régate, car c'est le meilleur d'entre nous, le plus expérimenté.»

Mât cassé

Malgré ses connaissances, l'homme n'a pas pu éviter l'accident. Sous le choc, le mât s'est brisé et l'embarcation s'est retrouvée coincée contre la coque du bâtiment de la CGN, côté bâbord, indique un communiqué de la police cantonale vaudoise. Les cinq occupants de l'embarcation ont été projetés dans le lac.

«Les bâtiments de la CGN sont toujours prioritaires, rappelle un membre de l'équipe de sauvetage de Nyon qui est intervenu dimanche. Mais en voilier, manœuvrer peut prendre du temps.» Selon une estimation, la collision s'est produite à environ 8 nœuds, soit près de 15 km/h.

Les concurrents qui se trouvaient tout près ont immédiatement plongé pour secourir l'équipage du bateau accidenté. «Tout le monde a mis la main à la pâte», reprend Christian Schlaeppi. Mais un adolescent de 15 ans, domicilié dans la région, a tout de même été sérieusement touché. «Il a été transféré à l'hôpital de Nyon en ambulance», explique le sauveteur. De là, il a été transféré à Genève. Ses jours ne sont pas en danger, précise la police. Un autre passager de l'embarcation a été légèrement blessé.

Propriétaire «sous le choc»

La course, elle, a immédiatement été annulée. «Nous sommes très inquiets pour le jeune qui s'est fait mal, lâche Christian Schlaeppi, des trémolos dans la voix. Un accident, ça peut arriver, mais là ça fout un coup...» D'autant plus que l'organisateur s'attendait à une course magnifique, sublimée par un soleil radieux. Le propriétaire du bateau se dit «sous le choc».

Les passagers du Simplon, eux, ont pu regagner la rive française du Léman avec un retard de plus d'une demie-heure. Le bâtiment de la CGN a été légèrement endommagé.

Enquête

Les circonstances de cette collision font l'objet d'investigations. Les premiers éléments de l'enquête permettent de relever que l'état physique du capitaine du «Simplon» et du barreur du voilier était en ordre.

(cga/frb)