Lausanne

20 septembre 2019 09:56; Act: 20.09.2019 09:56 Print

Comptoir helvétique: «On espère un gros week-end»

Successeur du défunt Comptoir suisse, la manifestation a ouvert ses portes vendredi dernier. Pour l'heure, la fréquentation reste modeste.

Sur ce sujet
Une faute?

«En sport, quand on débute dans une catégorie, on dit souvent que la première année c'est pour apprendre et la deuxième pour gagner. Eh bien là, c'est la même chose», explique David Chassot, directeur opérationnel du Comptoir helvétique. La manifestation, qui a remplacé le Comptoir suisse, connait en effet des débuts mitigés. Depuis l'ouverture des portes, vendredi dernier, cette première édition a attiré environ 20'000 personnes.

«Les exposants, tout comme nous, espéraient davantage de monde. Mais, bon, au vu du week-end estival que nous avons eu pour commencer, moi-même je ne serais pas venu si je n'étais pas impliqué. Je serais allé au bord du lac», concède le directeur.

Parmi les visiteurs rencontrés sur place, une grande partie se réjouit qu'un comptoir ait tout de même pu être mis sur pied. Mais les critiques sont nombreuses. «C'est tristounet», évoque une dame. «C'est bien plus petit qu'avant», souligne un jeune homme. «Il y a pas mal de problèmes. Nous avons d'ailleurs remis une liste aux organisateurs», affirme une exposante. Et un autre d'ajouter: «on aurait préféré un public plus jeune».

Tout n'est pas parfait

David Chassot aussi avoue que tout n'est pas parfait. «Les soirées ne marchent pas aussi bien que nous le pensions. Et, le lundi du Jeûne, nous nous sommes plantés. Nous avons ouvert à midi, alors que les gens avaient l'habitude de venir dès 10h. Du coup, des dizaines de personnes ont dû attendre derrière les portes.»

Néanmoins, le frère de l'ancien cycliste Richard Chassot reste confiant. «Nous espérons un gros week-end. Nous avons de jolies animations au programme, comme une silent party ou encore des battles de breakdance. Nous devrions atteindre la barre des 50'000 personnes, ce qui nous permettrait de rentrer dans nos frais.» De plus, quel que soit le résultat financier de cette première édition, une deuxième aura lieu en novembre 2020 à Fribourg. «Nous n'avons eu que trois mois pour préparer celle-ci. Mais nous travaillons déjà sur la prochaine et je suis convaincu que le public sera au rendez-vous», partage David Chassot.

(xfz)