Tribunal cantonal

21 mai 2012 17:42; Act: 21.05.2012 17:58 Print

Condamnation confirmée pour le mari assassin

Le Tribunal cantonal vaudois a confirmé lundi en appel la condamnation d'un aide-cuisinier de 36 ans à 20 ans d'emprisonnement, principalement pour assassinat.

Sur ce sujet
Une faute?

En juillet 2010, l'homme a tué sa femme de 35 coups de couteau à Lausanne. La Cour a confirmé le jugement rendu le 20 janvier 2012 par le Tribunal criminel de Lausanne. Le condamné avait fait appel contre ce jugement, estimant notamment s'être rendu coupable d'un meurtre passionnel, et avoir été condamné à une peine excessive.

Le jugement n'a pas retenu le meurtre passionnel, considérant qu'au moment de l'homicide, l'homme «n'était pas dans un profond désarroi, ni sous le coup d'une émotion violente». Il a au contraire «fermement attendu sa victime armé d'un couteau» et n'a donc «pas été subitement submergé par une émotion violente».

Sauvagerie indescriptible

L'homme est «resté calme» durant toute son «explosion de violence» et a tué au seul motif qu'il «n'acceptait pas d'être éconduit». La Cour confirme l'inculpation d'assassinat, l'homme ayant fait preuve d'un «mépris total pour la vie de sa victime».

Il a agi avec une «sauvagerie indescriptible», pour des «motifs particulièrement futiles et égoïstes». La victime n'a fait preuve d' «aucun comportement blâmable» qui aurait pu expliquer cette «haine homicide «, a souligné la Cour.

Enfin, la peine prononcée en première instance a été confirmée, notamment en raison de la «prise de conscience incomplète» du condamné, qui «tente encore de minimiser sa culpabilité et la gravité de ses actes».

Séparation

Ressortissant marocain, l'homme a connu sa femme en décembre 2008, alors qu'elle passait des vacances au Maroc. Ils se sont mariés en avril 2009 et ont eu une fille 5 mois plus tard. En février 2010, dans le cadre du regroupement familial, l'homme a pu rejoindre son épouse en Suisse.

Dès son arrivée, les relations se sont fortement détériorées dans le couple, aboutissant à une séparation en avril. Depuis, l'homme avait à plusieurs reprises menacé son épouse de la tuer, et l'a régulièrement insultée.

Le 2 juillet 2010, il a appris d'une proche que son épouse ne l'aimait plus. Très touché, il a quitté son travail en début d'après- midi en emportant un couteau de cuisine, puis s'est rendu chez un ami habitant l'appartement voisin de son épouse.

Sauvage agression

Vers 17 heures, il l'a appelée pour lui demander une rencontre, sans succès. Vers 18h30, une dispute a éclaté dans l'appartement entre l'ami du meurtrier et une femme qui se trouvait sur les lieux.

L'homme est sorti et s'est rendu devant la porte de son épouse. Cette dernière, entendant la dispute, a appelé la police. Elle a ouvert la porte pour aller voir le numéro de l'appartement voisin, dans le but de l'indiquer aux agents.

Profitant de la situation, l'homme s'est introduit de force dans l'appartement. Après quelques secondes, il s'est saisi de son couteau et a porté 35 coups à sa victime, avant de l'égorger, devant sa fille. Il est ensuite sorti de l'appartement avec son enfant et a appelé la police pour se dénoncer. La femme est décédée près d'une heure plus tard aux urgences du CHUV.

(ats)