Vaud

10 septembre 2019 21:08; Act: 10.09.2019 22:39 Print

Cyclistes interpellés coup sur coup sur l'autoroute

Deux personnes en vélo ont été aperçues sur l'A1, en ce début de semaine. Les cycles sont interdits sur l'autoroute, mais la règle est sujette à interprétations.

storybild

Une cycliste sest engagée sur l'A1 lundi matin, entre Nyon (VD) et Gland (VD). Elle a été interceptée par la police. (Photo: lecteur reporter)

Sur ce sujet
Une faute?

Casquette sur la tête, un gros sac accroché au porte-bagages, elle pédalait lundi matin... sur l'autoroute, entre Nyon et Gland. La police a raccompagné la cycliste, d'origine brésilienne, vers la sortie la plus proche. Un nouveau cas a été signalé ce mardi. Cette fois, l'amateur de petite reine roulait en toute quiétude sur la bande d'arrêt d'urgence entre la Bourdonnette et l'échangeur d'Ecublens. Il y a 10 jours, un groupe de touristes avait pris l'entrée de la Maladière, avant d'être rapidement rejoint par la police. Aucun de ces cyclistes n'a été sanctionné, alors que circuler en vélo sur l’autoroute est illégal. Mais dans la pratique, les agents appliquent une certaine tolérance, selon les circonstances.

Ces cas ne sont pas isolés, souligne d'entrée la police cantonale vaudoise. Celle-ci précise ainsi avoir reçu une cinquantaine d'appels signalant pareilles situations, depuis le début de l'année. Elle rappelle que l'art. 35 de l'Ordonnance sur les règles de la circulation routière (OCR) n'autorise sur les autoroutes que «les véhicules avec lesquels il est possible et permis de rouler à 80 km/h», exception faite des engins servant à l’entretien de la route, de certains véhicules spéciaux et des transports exceptionnels. Les contrevenants risquent une amende d'ordre.

Cela dit, les forces de l'ordre font preuve d'une certaine indulgence. Par exemple si le cycliste fautif «provient d'un pays où il est d'usage de marcher ou de se déplacer en cycle sur l'autoroute et qu'elle s'est engagée en toute bonne foi». Là, la patrouille l'escortera jusqu'à une sortie pour la protéger du trafic. Même cas de figure «pour une personne qui s'est perdue ou qui s'est engagée sans s'en rendre compte de bonne foi sur l'autoroute». La police précise laisser ses agents apprécier la situation sur place. «Par contre, s'il s'agit d'un habitant de la région, qui agit ainsi en espérant gagner du temps sur son trajet, par exemple, il sera amendé.»

(dra/ywe)