Vevey (VD)

07 août 2019 16:18; Act: 08.08.2019 16:58 Print

Défilé mixte pour les Cent-Suisses: c'est historique

par Pauline Rumpf - Jeudi, un cortège des Cent-Suisses accueillera une troupe de femmes, associées exceptionnellement au corps exclusivement masculin. Une première sous haute tension.

Découvrez l'entrainement de la future commandante Stéphanie Leimer et sa troupe, par le commandant des Cent-Suisses Stéphane Krebs.
Sur ce sujet
Une faute?

Pour la journée dédiée à la région de Vevey, la Fête des Vignerons (FeVi) s'offrira jeudi une première historique. En effet, un groupe de 30 femmes, actives dans la troupe des Cent pour Cent, aura l'insigne honneur de défiler aux côtés des traditionnels Cent-Suisses, une troupe exclusivement composée d'hommes. «On a voté au sein de la troupe, et l'idée est passée à plus de 90%», se réjouit Stéphane Krebs, commandant des Cent-Suisses.

«C'est qui ces nénettes»

C'est donc à lui qu'est revenu la tâche de trouver une commandante, et d'entraîner la nouvelle troupe, formée à la dernière minute mercredi. Les bruits de pas en rythme et les «Marche», «Halte», «Rassemblement» ont donc résonné aux Galeries du Rivage, entre les rires et les questions des figurantes. «On ne va pas faire des miracles en deux heures», sourit une figurante. «Mais on s'en sort bien, pour des filles!», ironise une autre. «Il faut que vous ayez l'air de quelque chose, vous allez être jugées, scrutées», rappelle le commandant, avant de passer le flambeau.

Stéphanie Leimer, 33 ans, sera donc la toute première commandante. «Même si on a appris des pas pour notre partie du spectacle, on n'a jamais défilé avant, explique-t-elle. D'où le moment de solitude...» Pourtant, le pas est clair et sûr, et les trente figurantes ont rapidement trouvé l'alignement réglementaire. «Bien sûr, c'est un challenge, je sais que demain on nous regardera en se disant «c'est qui ces nénettes»... Mais on se réjouit, on est vraiment fières d'être les premières Cent-Suissesses», se réjouit-elle.

Tiraillés entre tradition et ouverture

Pourtant, le sujet est extrêmement sensible. Poids de la tradition oblige, certains termes restent un peu tabou, et on prend des pincettes en parlant. «Ce ne sont pas vraiment des «Cent-Suissesses», précise Stéphane Krebs. Il ne s'agit pas d'une intégration au corps des Cent-Suisse, mais d'une association ponctuelle, pour un défilé non-officiel, qui s'inscrit dans la tendance actuelle.» Jeudi comme lors du reste de la Fête, la nouvelle troupe défilera d'ailleurs sans les hallebardes et les ceinturons qui font la particularité des Cent-Suisses.

Personne à la FeVi n'a oublié le malaise du metteur en scène Daniele Finzi Pasca, objecteur de conscience, face à ce corps masculin et militariste. Créé en réponse aux Cent-Suisses, le corps artistique et mixte des Cent pour Cent semble toutefois très bien s'intégrer dans le tableau, et les esprits se sont apaisés. La troupe historique a même décerné une médaille au metteur en scène, en signe de paix.

«Je ne veux pas entrer dans un débat politique, ni parler de demi-mesure ou de demi-statut, assure Stéphanie Leimer. On est à un tournant, les choses évoluent vers une certaine ouverture d'esprit. Ça me convient bien. Les Cent-Suisses sont comme nos grands frères, c'est très bien de ne pas nous mélanger.» Et la première commandante de l'histoire des presque cent-suisses de retourner à ses données d'ordre pour que tout soit parfait jeudi.