Vaud

11 avril 2019 11:48; Act: 11.04.2019 14:04 Print

Des comptes largement positifs pour la 14e fois

Le grand argentier Pascal Broulis a présenté les comptes du canton de Vaud, jeudi, qui sont une nouvelle fois dans le vert.

storybild

L'Etat ne fait pas de bénéfices, ni de pertes, a insisté le grand argentier vaudois, Pascal Broulis. (Photo: Keystone)

Une faute?

Pour la quatorzième année consécutive, le canton de Vaud affiche des comptes positifs. L'excédent 2018 se monte à 87 millions de francs, sans compter 503 millions à titres divers. Pascal Broulis se veut néanmoins prudent, en parlant de «période de transition».

Les comptes 2018 «donnent de l'espace pour une politique d'investissement ambitieuse (...) Les amortissements, cela permet de mettre les choses à plat, de voir venir», a commenté jeudi le conseiller d'Etat vaudois.

L'Etat ne fait pas de bénéfices, ni de pertes, insiste-t-il. Pour 2018, l'excédent de revenus se monte à 87 millions de francs. Les préfinancements, amortissements non planifiés et autres écritures de bouclement atteignent pour leur part 503 millions.

La position financière du canton de Vaud est «solide», a souligné Pascal Broulis, ajoutant que «la vigilance» reste toutefois de mise. L'augmentation des charges tend à s'accélérer alors que la croissance des impôts ordinaires tend à se ralentir, prévient-il.

Santé et social

Hors éléments de bouclement, les charges de fonctionnement ont progressé de 1,3%, supérieures de 124 millions de francs au budget. Avec les subventions aux secteurs de la santé et du social, comme explications à ces écarts. «La tendance lourde» (entre les comptes 2017 et 2018) montre une augmentation de 2,9% des dépenses courantes.

Côté recettes, ce n'est pas moins de 827 millions de francs de mieux que le budget, pour un total de 10,356 milliards. Là aussi néanmoins, le chef du département des finances tient à modérer l'enthousiasme: l'impôt sur le revenu n'a que peu progressé, soit de 1,1% contre 3,4% l'année précédente. Pire, sans les effets exceptionnels, la croissance n'est que de 0,2%.

Dette «contenue»

L'impôt sur la fortune s'est élevé en 2018 à 708,7 millions de francs, en hausse de 5%. Une augmentation conjoncturelle, a averti Pascal Broulis. Trois personnes sur quatre ne paient pas cet impôt dans le canton, et 10'000 en paient beaucoup, a-t-il ajouté à l'égard de ceux qui voudraient le supprimer.

Quant à la dette, elle poursuit sa courbe ascendante pour atteindre 875 millions de francs. Elle est «contenue», rassure immédiatement le ministre. Il rappelle qu'elle rapporte de l'argent (12 millions de francs) à cause des débiteurs fiscaux frappés d'un intérêt moratoire de 3,5%.

Centre «planétaire»

Grâce à ces excédents, le canton de Vaud peut investir. Dans les préfinancements, quelque 30 millions de francs iront au Centre de recherche sur le cancer qui fait de Lausanne une référence «planétaire».

La transition numérique est également soutenue à hauteur de 30 millions. «Il faut que les enfants soient aptes à s'intégrer dans la société qui évolue», a noté Pascal Broulis refusant de commenter le débat sur les antennes 5G.

Satisfaction et craintes

Côté réactions politiques, le Parti socialiste a salué «une gestion financière exemplaire», tandis que les Verts déploraient que le réchauffement climatique ne soit pas identifié comme un risque. Ils annoncent déjà «un catalogue de mesures concrètes lors du budget 2020 pour prendre la mesure du problème».

A droite, le PLR fustige «la continuelle hausse des dépenses au Département de santé et de l'action sociale». Les craintes sont confirmées et hypothèquent l'avenir, selon le parti.

(nxp/ats)