Lausanne

03 octobre 2019 15:42; Act: 03.10.2019 17:31 Print

Des gaz toxiques dans le chantier du tunnel du LEB

Le forage du sous-sol lausannois entraîne une réaction chimique inattendue. Résultat: le percement est considérablement freiné.

storybild

La présence de charbon et de pyrite, combinée à la chaleur de la fraiseuse, provoque des émanations de gaz. (Photo: TL)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est un phénomène rarissime. Jamais dans les chantiers précédents de tunnels sur Lausanne nous n'avons été confrontés à un tel problème», souligne Samuel Barbou, chef de projet du percement du tunnel du Lausanne-Échallens-Bercher (LEB), à l’avenue d’Échallens. Depuis fin août, l'avancement des travaux a été fortement ralenti à cause de l'émanation de gaz toxiques. Et cela pourrait encore durer. «Pour l'heure, nous ne savons pas quand nous pourrons reprendre un rythme normal», poursuit-il.

En creusant la molasse, les ouvriers sont tombés sur des veines de charbon et de pyrite. Ces matériaux, combinés à la chaleur que dégage la fraiseuse, se transforment en dioxyde de soufre et sulfure d'hydrogène. «Lorsque nous avons constaté ce phénomène, nous avons stoppé le chantier, reprend le chef de projet. Des analyses ont montré que les émanations dépassaient le seuil moyen toléré. Dès lors, nous avons demandé à la SUVA quelles mesures nous devions prendre pour continuer à travailler, sans mettre en danger la santé des ouvriers.»

Ouvriers avec des masques à filtre

Ainsi, depuis plus d'un mois, les hommes qui descendent dans le puits du parc de la Brouette, à Chauderon, sont équipés de masques à filtre à charbon actif et de protections oculaires. La puissance de la ventilation a été augmentée et un contrôle constant des proportions de gaz a été mis en place. Dès que les niveaux sont trop élevés, le chantier est stoppé, le temps de ventiler le tunnel. «Nous sommes quotidiennement à l'arrêt durant plusieurs heures. Le rendement moyen journalier visé est de 3,5m. Mais, actuellement, nous creusons environ 2,5m par jour», déplore le chef de projet.

Via la ventilation, les gaz toxiques sont relâchés en surface. Mais Samuel Barbou estime qu'il n'y a pas de risque pour la population lausannoise. «Tout est une question de concentration. Une fois à l'extérieur, les émanations se diluent dans l'air. Il n'y a pas de craintes à avoir pour les riverains. Des mesures fines sont actuellement en cours pour conforter les premières expertises.»

Pour ce qui est du retard dans la livraison du tunnel, le chef de projet ne se mouille pas. Alors que la fin du percement est prévue pour la fin de l'année, Samuel Barbou évoque que: «Il est complexe d'estimer l'étendue de cette spécificité géologique. Si la situation devait perdurer dans le temps, elle aurait des conséquences sur le planning général. Ce qui est certain, c'est que, même sans ces émanations toxiques, le calendrier du projet était déjà pour le moins sportif.»


(xfz)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre G. de Lausanne le 03.10.2019 15:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Whaaou, c'est bien rare, -chapeau-

    Pour une fois que le principe de précaution est mis en avant et tenu par un patron est un suffisement peut commune pour dire BRAVO. Il y a assez de travaux pénibles et dangereux pour les employés... ou les patrons passent outre les consignes de sécurités de la Suva ! [Ne dites pas le contraire, j'en connais]

  • Frank21 le 03.10.2019 16:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sécurité santé

    Vaut mieux prendre des précautions de sécurité pour les employés et habitants que de faire à la va vite. La santé avant tout. De toute manière des retards y en a partout sur tout les chantiers.

  • James le 03.10.2019 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Malgré tous les soucis ....

    ... et bien j'aimerais profiter de cet article pour dire : MILLE MERCIS. A Vous. Travailleuses et travailleurs du LEB. D'être là. Tous les jours. Pour nous.

Les derniers commentaires

  • Ange 0 et Démon 1 le 04.10.2019 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    Faille acceptée

    Journée porte ouvert du lundi à diman je venez nombreux

  • Yanovic Bolov le 04.10.2019 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incultes

    je vous invite à sortir de votre confort et de vos petits boulots tranquilles et de faire quelque chose qui dépasse largement vos compétences en faisant un stage dans un bureau de planification par exemple, on accepte des enfants en stage découverte, on peut faire une entorse avec des "adultes"

    • Bomberos le 04.10.2019 08:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Yanovic Bolov

      Un stage dans un bureau et apres on parle de co fort.. la sait la planque sans connaissance du terrain.

  • led le 04.10.2019 07:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    nous autorités auront vite fait de dire qu'il n'y a aucuns dangers

  • cyril guignet le 04.10.2019 00:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    est-ce qu'il y a un problème dans le système ?

    pas de soucis , ici on est bien gardé , ça ne coûtera que quelques dizaines de millions de plus ...! à la charge de la collectivité . Comment c'est possible qu'avec la soit disant haute technologie et , tout ces ingénieurs grassement payés pour étudier des projets , il se passe encore ce genre de supercherie , à qui profite tout ces mensonges ... à méditer ... !

    • Yolo le 04.10.2019 06:24 Report dénoncer ce commentaire

      Complotiste

      Mais bien sûr Pour votre gouverne, les tunnels font souvent l'oeuvre de sondage préalable verticaux pour analyser la composition du sol. En fonction de la connaissance préalable du lieu (constrictions existantes, etc), ils sont espaces de 50 à 100 m, voire plus. La géologie de Lausanne et ses alentours n'a plus vraiment de secret, mais ce genre de veines sont difficiles à détecter et à connaître. Il n'y a aucun complot, juste la faute à pas de chance. Mais bon, raisonner un complotiste, c'est comme une poule avec des dents: pas près d'arriver...

  • Y'en a point comme nous le 03.10.2019 22:33 Report dénoncer ce commentaire

    Partout du gaz !

    Et les commentaires concernant notre paella Rebecca et la rosette lyonnaise sont toujours bloqués ! Comme c'est étrange... c'est vrai que ça ne concerne pas Maudet et Genève. Il faut savoir rester discret avec les gauchistes et voleurs vaudois.