Lausanne

13 février 2011 13:34; Act: 13.02.2011 13:40 Print

Des immeubles loués pour un loyer dérisoire

Après le canton de Genève, la polémique des loyers touche à son tour la ville de Lausanne.

storybild

Silvia Zamora, municipale en charge des gérances, louerait un 8,5 pièces (280 m2) pour 1840 francs par mois. (Photo: Keystone)

Une faute?

Quelques notables ou fonctionnaires bénéficient de loyers avantageux dans des maisons de maître. Les prix seraient de deux à quatre fois au-dessous des prix du marché.

Silvia Zamora, municipale en charge des gérances, a refusé de confirmer les chiffres du «Matin Dimanche», qui parle notamment d'un 8,5 pièces (280 m2) pour 1840 francs par mois. Sur le fond, elle explique qu'elle a hérité de «vieilles pratiques» et qu'elle a entrepris d'y mettre de l'ordre lorsqu'elle a repris le service des gérances, le 1er juillet 2006.

«Malheureusement, les choses sont ainsi faites que c'est la personne qui empoigne le problème et essaye de le gérer qui se retrouve sur la sellette», a-t-elle déclaré dimanche à l'ATS. Un préavis, déposé en septembre, vient de passer en commission. Il devrait être discuté avant l'été au Conseil communal.

Quatre immeubles

Le document fixe les critères d'attribution des logements et classe en diverses catégories le parc immobilier de la ville, qui s'avère très hétéroclite. Quatre immeubles sont placés parmi les objets dits «de luxe ou de caractère». Y figurent notamment deux maisons de maître citées par le «Matin Dimanche».

La préparation du préavis a représenté un «long travail», a relevé Mme Zamora. «Mais dès 2006, j'ai demandé qu'on modifie les loyers de ces immeubles chaque fois qu'un locataire partait ou qu'il y avait des travaux. Lors d'un changement de locataire en 2008, un de ces loyers est passé à près de 5000 francs», a précisé Mme Zamora.

Pour le reste, la municipale rappelle que le droit du bail protège les locataires. «Lorsqu'on entreprend des travaux, on peut reporter une partie des frais, mais pas tout», a-t-elle ajouté. Pour les quatre immeubles de «luxe» de la ville, lorsqu'il y aura un changement de locataire, «nous viserons un rendement maximum», a-t- elle dit.

(ats)