Lausanne

19 décembre 2011 14:57; Act: 19.12.2011 16:39 Print

Des policiers jugés une troisième fois

Les policiers lausannois accusés d'avoir abandonné de nuit un jeune Erythréen près des bois de Sauvabelin et de l'avoir aspergé de spray au poivre seront jugés une troisième fois.

Sur ce sujet
Une faute?

Le tribunal cantonal a renvoyé lundi le dossier devant le tribunal d'Yverdon-les-Bains. Acquittés par un tribunal lausannois puis nyonnais, les deux policiers devront une nouvelle fois comparaître pour abus d'autorité et lésions corporelles. Les juges cantonaux ont tenu compte des critiques du Tribunal fédéral (TF) qui, dans un arrêt récent, avait accepté le recours du jeune homme.

Les juges de Mon repos avaient pointé du doigt une appréciation des preuves qualifiée d'»arbitraire». Ils avaient notamment estimé que les juges nyonnais avaient écarté un peu à la légère les témoignages de deux anciens policiers, qui corroboraient les dires de la victime.

Ressaisi du dossier après l'arrêt du TF, les juges cantonaux ont pris acte du verdict de la Haute Cour et admis le recours en nullité. Ils ont décidé de renvoyer la cause devant un nouveau tribunal de 1ère instance, en l'occurrence celui du Nord vaudois.

Appréciation d'ensemble

«Inutile de se pencher sur les arguments de fond. Il faut avoir une nouvelle appréciation d'ensemble des preuves», a fait valoir la juge rapporteur, Sandra Rouleau.

Ce troisième procès pourrait aboutir à un nouvel acquittement ou à une condamnation des policiers. Le procureur général Eric Cottier était peu favorable à ce renvoi à la case départ qui risque de déboucher sur de nouvelles procédures pour faux témoignage.

Points de vue différents

Sur le fond, le Parquet a rappelé qu'il avait renoncé à recourir dans ce cas même si l'acquittement prononcé à Nyon ne «correspondait pas à sa manière de voir le dossier». «Après deux tours, une affaire doit trouver son épilogue. Il faut admettre qu'il peut y avoir des points de vue différents», a-t-il expliqué. Eric Cottier représentera le Ministère public au procès d'Yverdon-les-Bains.

Pour rappel, l'affaire s'est déroulée dans la nuit du Nouvel An 2006. Interpellé deux fois en ville, l'adolescent, alors âgé de 16 ans, avait insulté les policiers. Il les accuse de l'avoir, par représailles, embarqué dans leur fourgon, abandonné de nuit près des bois de Sauvabelin, ainsi que de lui avoir administré un coup de spray au poivre.

(ats)