Lausanne

19 novembre 2019 06:07; Act: 19.11.2019 08:51 Print

Elles louent des apparts Airbnb pour se prostituer

par Frédéric Nejad Toulami - Un homme a réalisé que des call-girls accueillaient des clients chez lui, à son insu.

storybild

Des call-girls travaillent quelques semaines de ville en ville en sous-louant discrètement des logements privés meublés. (Photo: FNT)

Une faute?

Une Espagnole a sous-loué sur AirBnB l'appartement meublé du Lausannois Marcello* en mars dernier pour cinq nuits. A la fin de son séjour, Marcello a retrouvé son logement totalement propre.

C'est pourquoi il a accepté la nouvelle demande de réservation de cette même femme en juin. «Mais quelques jours après, elle m'a écrit pour m'annoncer qu'AirBnB avait fermé son compte sans explication, explique-t-il. J'ai contacté la plateforme américaine pour faire part de ma surprise d'une telle annulation sans en être informé ni dédommagé». Pour seule réponse: «Cette décision a été prise en vertu de nos conditions d'utilisation et dans le meilleur intérêt de tous les membres de notre communauté.» Marcello a tout de même sous-loué son logement à cette jeune femme.

Capote utilisée et carte de la brigade des moeurs

Après son départ, le quadragénaire a découvert des papiers déchirés; des listes avec des noms de villes européennes, des dates et des prénoms. Sans oublier un emballage d'une boîte de préservatifs et une capote usagée dans une poubelle. Ainsi qu'une carte d'assurance maladie suisse et la carte de visite du Groupe prostitution de la Brigade des moeurs genevoise.

Le 1er juin, Marcello a accepté une autre demande de réservation pour deux personnes d'une certaine Laëtitia, la vingtaine. Son profil indiquait un numéro de téléphone français et un commentaire cinq étoiles reçu lors d'un séjour à Copenhague en 2017. Mais sans la moindre réponse de la visiteuse durant son séjour, Marcello s'est rendu sur place en début de soirée.
«J'ai sonné quatre fois pour qu'elle vienne me parler à travers la porte entrouverte sans me laisser rentrer dans mon propre appartement. A ce moment-là, je me suis douté qu'il s'agissait de nouveau d'une prostituée.» A la fin de la location, il a retrouvé les lieux sales avec une grande quantité de draps et de linges de bains utilisés... «Je l'ai dénoncée à Airbnb mais elle est actuellement toujours sur cette plateforme.»

*prénom d'emprunt

(FNT)