Orbe (VD)

07 mars 2019 07:04; Act: 07.03.2019 11:39 Print

Les superpoints de Coop sèment la zizanie en prison

Des détenus réclament les points qu'ils ont cumulés grâce à leurs achats dans les cantines des prisons. Quelque 16'000 francs sont en jeu.

storybild

Des personnes en détention à Orbe réclament que les Superpoints Coop récoltés avec leurs achats dans la cantine de la prison aillent aux ayants-droit. (Photo: Keystone/Dominic Favre)

Sur ce sujet
Une faute?

Les prisonniers des Établissements de la plaine de l’Orbe (EPO) sont en colère. L’origine de leur courroux n’est liée ni à des conditions de détention ni à la qualité des repas, mais à des bonus commerciaux. «La Coop est le fournisseur des cantines des prisons. Donc, à chaque achat à la cantine, le détenu gagne des superpoints. Sauf que nous n’en avons jamais vu la trace», se plaignent deux prisonniers dans un courrier envoyé à la rédaction de «20 minutes». Selon eux, les points collectés avoisinent 1,6 million. Ce qui équivaut à une valeur de 16’000 francs.

Les prisonniers menacent de porter plainte

«Ces superpoints n’ont jamais été répartis proportionnellement aux détenus», poursuivent les protestataires. Ils pointent un doigt accusateur sur un sous-chef des EPO qui aurait utilisé ces fameux points pour acheter des linges aux détenus. «Nous n’avons rien vu et personne ne nous a demandé notre accord pour faire un tel achat alors que nous sommes les bénéficiaires légitimes», dénoncent les signataires du courrier. «Les autorités cantonales sont au courant de la situation, mais rien ne bouge», déplorent les prisonniers. À présent, ils menacent de saisir la justice.

Le député socialiste Claude Schwab confirme avoir aussi reçu les doléances des détenus. Toutefois, ce président d’une commission parlementaire, dont le but est de veiller à la conformité des conditions de détention dans le milieu carcéral vaudois, n’a pas souhaité s’exprimer.

(apn)