Lausanne

16 mai 2019 15:48; Act: 17.05.2019 14:44 Print

Des vidéos de passage à tabac embrasent le web

Les images de jeunes femmes s'en prenant à d'autres circulent sur les réseaux sociaux. Des internautes se sont mis en tête de faire justice eux-mêmes, tandis que la police enjoint à laisser les institutions faire leur travail.

storybild

Plusieurs vidéos de diverses agressions circulent sur les réseaux sociaux. La police demande cependant aux internautes de ne pas les partager. (Photo: Screenshot Snapchat)

Une faute?

En l'espace de quelques jours, les réseaux sociaux se sont enflammés autour de la publication de plusieurs vidéos au contenu violent, tournées dans la région. Les images qui circulent sur snapchat montrent, à des degrés de violence différents, des adolescentes s'attaquer à d'autres filles, le tout filmé au moyen d'un smartphone.

Deux situations bien distinctes

Selon nos informations, ces images proviennent de deux agressions distinctes, ayant eu lieu ces derniers mois en région lausannoise, et impliquant des mineures. Précision importante: ces différentes situations n'ont pas forcément de lien l'une avec l'autre.

Ces images ont largement choqué les internautes. Or, en marge de ces vidéos circulent également des informations personnelles au sujet d'une des agresseuses présumées. Ces données se sont répandues comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, où certains se sont proposés de faire justice eux-mêmes, appelant à la vengeance et aux expéditions punitives.

Ne pas partager

La police municipale de Lausanne a confirmé sur sa page Facebook avoir été informée de ces affaires. «Les personnes en cause ont été identifiées, entendues et déférées au Tribunal des mineurs», indique-t-elle.

Les forces de l'ordre invitent par ailleurs les citoyens à ne pas partager ces vidéos, «afin de ne pas donner de visibilité supplémentaire à ces actes, et pour laisser les autorités compétentes travailler dans les meilleures conditions». La personne ayant filmé les situations pourrait par ailleurs être aussi inquiétée.

(rmf)