Abri pour requérants

22 février 2011 18:56; Act: 23.02.2011 08:52 Print

Drogue et argent saisis par la police à Nyon

Mardi après-midi, la direction de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants a procédé, avec la police cantonale vaudoise, à une fouille des locaux du foyer de Nyon.

Sur ce sujet
Une faute?

De la cocaïne, de la marijuana et l'équivalent de 7000 francs ont été saisis par la police lors d'une fouille dans le foyer de requérants d'asile de Nyon (VD) qui a défrayé la chronique en janvier. L'opération répondait aux plaintes concernant un trafic de stupéfiants.

La police a saisi 5700 francs et 1040 euros (1350 francs). Elle a aussi mis la main sur une centaine de sachets de marijuana, totalisant 1,4 kilo, et sur 93 boulettes de cocaïne d'un poids d'environ 85 grammes. Ces produits et l'argent ont été découverts dans les locaux de l'abri PC, ainsi qu'à l'extérieur.

Un ressortissant guinéen d'une vingtaine d'années a été appréhendé en possession de sept boulettes, vraisemblablement de la cocaïne, a indiqué la police cantonale vaudoise mardi soir dans un communiqué. Le jeune homme détenait en outre une somme représentant l'équivalent de 2000 francs, en argent suisse et en euros. Le procureur a été avisé.

L'intervention a mobilisé près de 70 personnes, dont 16 de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM) de Nyon. L'équipe comprenait en outre quinze agents de sécurité privée, 18 gendarmes, 10 inspecteurs de la police de sûreté, ainsi que deux équipes canines du Corps des garde-frontière et trois de la police vaudoise.

Bagarre en janvier

Il n'y a pas eu de blessé durant cette opération, a indiqué à l'ATS Emmanuelle Marendaz Colle, chargée de la communication pour l'EVAM. L'abri de protection civile de Nyon loge à ce jour 81 requérants d'asile célibataires.

Ce centre fermera au plus tard le 31 janvier 2012. Une bagarre générale s'y était produite début janvier après un vol d'argent. A ce moment-là, cet abri accueillait quelque 130 personnes.

La commune de Nyon aurait souhaité une fermeture rapide du site. A la suite d'une conciliation, une prolongation unique d'un an a été accordée au locataire, l'EVAM. Celui-ci cherche entre-temps activement des places d'hébergement dans la région.

(ats)