Lausanne

04 octobre 2011 07:00; Act: 04.10.2011 07:46 Print

Elections: la gauche accusée de vandalisme

par Muriel Risse - A la suite de nombreuses affiches caviardées, le MCVD, à l’instar de l’UDC, a déposé plainte contre X.

storybild

Dans les rues lausannoises, la plupart des affiches du MCVD et de l'UDC ont été déchirées. (Photo: renaud bournoud)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nos affiches sont systématiquement arrachées, ce n’est pas normal», s’exclame Roland Villard, président du Mouvement citoyens vaudois (MCVD), après qu’une cinquantaine de ses placards ont été déchirées à Lausanne. Las de cet état de fait, le MCVD a porté plainte vendredi. «Désormais, je crains que nous manquions de moyens et d’affiches pour les remplacer», déplore Roland Villard.

Les placards de l’UDC connaissent souvent le même sort. «Nous portons plainte systématiquement», explique Claude-Alain Voiblet, secrétaire général de l’UDC vaudoise. «Nous sommes déjà allés à maintes reprises jusqu’au tribunal, car la police parvient à confondre de nombreux coupables. Ce sont soit de petits rigolos, soit des militants d’extrême gauche et de gauche qui n’ont aucun recul par rapport à notre politique.»

Roland Villard va plus loin dans ses accusations: «Je pense que certains sièges sont en danger pour d’autres partis. Celui de Joseph Zisyadis, par exemple, va être difficile à repourvoir. Certaines formations auraient intérêt à ce que notre parti ne soit pas présent.»

«Le MCVD se cherche une raison, ils ne comprennent pas que leurs affiches soient choquantes pour beaucoup de personnes», rétorque Céline Misiego, secrétaire du Parti ouvrier populaire vaudois. «De notre côté, nous respectons les affiches des autres partis, car comme nous, ils doivent les financer.»