Vaud

02 juin 2014 10:44; Act: 02.06.2014 16:40 Print

Elu condamné pour homicide par négligence

Le conseiller national UDC Jean-Pierre Grin a écopé, lundi, d'une peine de jours-amende avec sursis. En juillet 2012, le paysan de Pomy avait été à l'origine d'un accident mortel.

storybild

Jean-Pierre Grin, conseiller national UDC, arrive à l'ouverture de son procès lundi au Tribunal d'arrondissement de la Broye et du Nord vaudois, à Yverdon. (Photo: Keystone/Jean-Christophe Bott)

Une faute?

Maître Stefan Disch, qui assure la défense de l'élu UDC, admet la responsabilité de son client, mais considère que celui-ci n«a commis qu«une faute «très légère». Il souligne également que la victime conduisait sans ceinture de sécurité. Le Tribunal correctionnel du Nord vaudois doit rendre son jugement en fin de journée.

Tragique accident

Le 28 juillet 2012, vers 09h25, l'accusé a circulé au volant de son tracteur sur une route secondaire, en direction de Pomy. Lorsqu'il est arrivé à l'intersection formée par cette route avec la route principale Yverdon-les-Bains/Thierrens, il a engagé son tracteur sur la route et a heurté une voiture qui arrivait sur la gauche.

A la suite du choc, la voiture a été déséquilibrée, est partie en dérapage, a heurté la banquette herbeuse et effectué deux tonneaux et demi. Le conducteur a été éjecté de l'habitacle et est retombé dix mètres plus loin sur la chaussée. Grièvement blessé, il est décédé sur les lieux.
Questions sans réponses

A l'audience, Jean-Pierre Grin a déclaré qu'il a regardé à deux reprises sur la gauche, sans voir la voiture, qu'il n'a aperçue «qu'une fraction de seconde avant le choc». Il «n'arrive pas à comprendre» comment il a pu ne pas voir le véhicule, et «se pose la question depuis 20 mois».

Selon lui, la seule explication possible est que le véhicule ait été caché par le rétroviseur de son tracteur, le carrefour en «x aplati» formant un «angle mort naturel». Le jour du drame, il n'était, selon l'enquête, ni alcoolisé, ni fatigué, ni stressé.

Déjà frappé par la mort accidentelle de son fils de six ans il y a une trentaine d'années, Jean-Pierre Grin s'est rendu dès le lendemain de l'accident, chez la famille de la victime. Il a assuré qu'il «partage la peine» des proches de la victime.

Le carrefour, dont la visibilité est pourtant correcte, a connu 11 accidents entre 2006 et 2012. Syndic de Pomy entre 1994 et 2011, Jean-Pierre Grin connaissait son caractère dangereux. Une procédure est en cours pour transformer le carrefour en un croisement à angle droit. La commune a tenté sans succès de faire installer un giratoire sur les lieux.

Le conseiller national UDC a été reconnu coupable d'homicide par négligence. Il a été condamné à 30 jours-amende à 200 francs avec un sursis de deux ans.

(apn)