Vaud

01 juillet 2014 18:28; Act: 01.07.2014 21:14 Print

Employés des routes en mission auprès des députés

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Des ouvriers ont sensibilisé, mardi, les élus au Grand Conseil sur leurs conditions de travail.

Une faute?

L’action était programmée mais sa forme a dû être revue. Le décès accidentel, mercredi, d’un agent de sécurité fauché par un automobiliste ivre sur un chantier autoroutier vers Chavornay a tout changé. Finalement, les employés des routes ont remis des gilets aux députés et leur ont parlé de leurs conditions de travail, au lieu d’évoquer des améliorations déjà mises en place.

Malgré les campagnes de sensibilisation, des ouvriers continuent d’être les victimes de chauffards. En 2012, sur les 7231 accidents qui se sont ­produits sur les autoroutes suisses, 6,5% d’entre eux ont eu lieu près d’un chantier. La tentation est donc grande de recourir à la technologie pour faire courir aux travailleurs moins de risques. Le canton de  Vaud a déjà amélioré la visi­bilité des véhicules et s’est équipé de signalisations lumineuses mobiles.

Ailleurs en Suisse, d’autres pistes ont été étudiées. C’est ainsi que Zurich s’est doté d’un camion qui pose tout seul les cônes de sécurité le long des chantiers routiers, au moyen d’un bras robotisé. «Le véhicule a coûté 500 000 fr. Il est tombé en panne et le fabriquant est en faillite», signale un ingénieur des routes, qui met le doigt sur un exemple aberrant. Le canton de Vaud cherche aussi des solutions. Il vient de se doter d’un camion dix fois moins cher que celui de Zurich. Il permet à l’opérateur de poser des cônes sans sortir du véhicule. Mais, bien entendu, le risque zéro n’existe pas.