Vevey (VD)

18 juin 2019 15:42; Act: 18.06.2019 19:08 Print

Facture salée pour l'acquittement d'un père

par Christian Humbert - En proie aux doutes, le Tribunal criminel de l'Est vaudois a donné raison à un ex-haut fonctionnaire accusé d'attouchements sur son enfant.

storybild

Faute de preuves, le père accusé dattouchements sur sa fille, a finalement eu gain de cause. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

C’est un jugement qui va coûter des dizaines de milliers de francs au canton de Vaud: les accusations d’actes sexuels portées par une mère et sa fille contre un ex-compagnon haut fonctionnaire ont été écartées du bout des lèvres par le tribunal criminel de Vevey, ce mardi.

En appliquant la règle du droit selon lequel le doute doit profiter à l'accusé, les juges ont suivi les arguments de l’avocat du quinquagénaire accusé, Me Jacques Barillon. Ce dernier ayant rejeté avec vigueur les conclusions du procureur Anthony Kalbfuss qui souhaitait envoyer en prison le prévenu pour six ans. Le doute a donc profité à l’accusé, libéré de toute peine.

Le bénéfice du doute

Satisfait de la décision finale, Maître Barillon a réagi à l'issue de l'audience. «En plaidant pour la défense de cet homme, j’ai toujours été persuadé qu’en dépit des charges soutenues par le Procureur et les parties plaignantes, une analyse objective du dossier devait conduire à son acquittement. Au moins au bénéfice du doute.»

Avant de poursuivre, «c’est ce que le Tribunal a retenu, faisant ainsi preuve d’un certain courage. En effet, dans des affaires de cette nature, la tentation de conclure à la culpabilité est très forte.»

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Avant de savoir ce qu’en pensera le tribunal cantonal, qui devrait être saisi de recours, cette affaire aura déjà coûté des dizaines de milliers de francs au canton.

Réparations au préjudice causé

En effet, le prévenu acquitté mardi a déjà purgé près de quinze mois de prison préventive suite aux accusations portées contre lui. Or, les tribunaux évaluent à 200 francs par jour l’indemnité à verser à un détenu lavé de toute faute. L’acquitté pourrait de ce fait réclamer un peu moins de 100'000 francs.

A ce montant s’ajoutent les frais d'avocat. Une défense qui lui aura valu de sortir de prison et d’assister à trois journées d’audience. Un coût qui se verra remboursé par l’Etat, de même que les frais de justice. Les seuls frais de procédure se montent à... 120'000 francs.

Le procès de cet homme, masturbateur compulsif, qui était accusé d’avoir eu des comportements sexuels inappropriés avec sa fille de 6 ans, n'en est donc pas à son dernier coup d'éclat. Pour rappel, plusieurs experts s'étaient penchés sur ce dossier et avaient estimé, avec une évaluation diverse, que la présumée victime ne mentait pas mais qu'elle était instrumentalisée par la mère dans le cadre d’un long et terrible conflit de couple.