Genève

29 juillet 2018 13:52; Act: 30.07.2018 13:35 Print

Foule de bonnets colorés pour la traversée du lac

Près d'un millier de personnes ont parcouru les quelque 1800 mètres entre Genève-Plage et les Bains des Pâquis dans une eau à 24 degrés.

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la troisième année, la foule était nombreuse pour se jeter à l'eau.

En raison du chantier de la plage des Eaux-Vives, le parcours était rallongé de 200 mètres par rapport à l'édition précédente. Les nageurs sont partis en ligne droite vers le large avant d'entamer une courbe pour rejoindre les Bains des Pâquis. Cette 3e édition était ouverte à 1000 nageurs, alors qu'elle était limitée à 600 personnes en 2017 et à seulement 60 en 2016.

Les 1000 inscrits étaient répartis en quatre groupes en fonction de leur niveau. A 8h, la première série de nageurs - identifiables à leurs bonnets de bain bleus - s'est jetée à l'eau à Genève-Plage, sur la rive gauche du lac. Elle a été suivie dix minutes plus tard par les nageurs portant des bonnets de bain verts, puis violet et, enfin, gris.

Ni podium ni prix

Aux Bains des Pâquis, une foule de plus en plus importante scrutait le plan d'eau parfaitement calme, la main en visière pour se protéger les yeux du soleil, avant de deviner des bras qui s'agitaient à la surface. Le parcours était balisé par de grosses bouées coniques et des paddles. Sur la jetée, la fanfare Les Canards des Cropettes donnait une tonalité bon enfant à la manifestation.

Les deux premiers, des frères âgés de 19 et 21 ans, sont arrivés en 23 minutes environ, après s'être arrêtés sur une plate-forme de baignade. Le troisième nageur à fouler la plage est une femme née en 1992, suivie par deux autres nageuses. A noter que cette course ne comporte ni podium ni prix. Mais un chronomètre placé sur la jetée permet à chacun de connaître son temps.

Nageuse de 84 ans

A l'arrivée, les bonnets verts se sont peu à peu mêlés aux bleus. Les premiers nageurs «violets» sont arrivés à 08h50, soit en 30 minutes, et les premiers «gris» vers 9h10, soit en 40 minutes. Les nageurs ont bénéficié du courant sur les 300 derniers mètres, a indiqué Olivier Boillat, responsable de l'organisation. Seul un participant n'a pas terminé la course en raison de crampes.

Parmi les derniers, certains avaient abandonné le crawl pour avancer à la brasse ou au dos crawlé. Le participant le plus âgé de la traversée est une dame qui a fêté ses 84 ans en mars. Elle a réalisé un temps de 74 minutes. Les paddles ont formé une haie d'honneur pour la dernière nageuse, qui a relié les deux rives du lac en 85 minutes environ.

(nxp/ats)