Canton de Vaud

20 décembre 2017 11:10; Act: 20.12.2017 13:32 Print

Harcèlement de rue: des mesures à Lausanne

La capitale vaudoise a présenté ce mercredi quatre ensembles de mesures ciblées, menées avec ses partenaires publics ou privés.

storybild

Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la Sécurité à Lausanne, lors de la présentation a la presse de la stratégie de lutte contre le harcèlement de rue.

Sur ce sujet
Une faute?

Formation de tous les acteurs de la sécurité, prévention dans les écoles et formulaire en ligne pour les victimes: la ville de Lausanne veut combattre le harcèlement de rue. En 2016, une étude locale avait confirmé l'ampleur du phénomène.

Pierre-Antoine Hildbrand, municipal de la sécurité et de l'économie, a présenté mercredi la stratégie de lutte de la ville contre le harcèlement dans la rue et les transports publics. «Avec modestie», glisse-t-il, «car nous nous rendons compte de l'ampleur de la tâche.»

La ville a élaboré son rapport-préavis au Conseil communal après consultation des spécialistes de la prévention, des milieux festifs et des transports (tl). Elle a travaillé en lien avec l'Observatoire de la sécurité, une entité qui documente ces problématiques.

Punissable ou non par la loi

Pour rappel, le harcèlement de rue correspond au harcèlement sexiste ou sexuel exercé dans les lieux publics par des inconnus. Il revêt une grande variété de formes: certaines sont punissables par la loi comme les attouchements ou les propos grossiers, d'autres non, comme un sifflement ou une interpellation dans la rue.

L'impact de ces manifestations non pénales ne doit pas être minimisé, car il contribue à créer un environnement hostile pour les victimes, a expliqué devant la presse Pierre-Antoine Hildbrand. Pour les combattre, quatre axes d'intervention ont été décidés.

Mieux former

Le premier: la formation des acteurs de la sécurité au sens large, c'est-à-dire des policiers municipaux dans un premier temps, et ensuite des correspondants de nuit, des agents de sécurité des établissements de nuit, du personnel des bars et des employés des tl.

Jusqu'ici, très peu de cas de harcèlement étaient signalés aux autorités. «Nous voulons qu'il y ait une meilleure sensibilité aux signaux faibles. Nous voulons que les plaintes soient traitées avec l'attention nécessaire et que les victimes soient mieux prises en considération», a précisé le municipal.

La deuxième action concerne le renforcement de la prévention dans les écoles, et sera applicable dès la rentrée scolaire 2020, compte tenu des impératifs budgétaires. Troisième axe: le suivi du phénomène sera développé, via l'application Aedilis et la mise à disposition d'un formulaire en ligne, durant le 1er semestre 2018.

Formulaire en ligne

Ces outils permettront de mieux cerner l'ampleur et la localisation des cas qui ne relèvent pas du pénal. L'application de géolocalisation Aedilis est destinée à la police. Le formulaire de signalement est destiné aux victimes et aux témoins.

«Il s'agit de transmettre des informations consolidées à la police et à l'observatoire de la sécurité. Et si on remarque qu'à telle heure, à tel endroit, il y a du harcèlement, on pourra agir sur le harceleur ou la configuration des lieux», a expliqué M. Hildbrand.

La ville ne veut pas donner de faux sentiment de sécurité et utiliser des applications mobiles comme HandsAway qui permettent d'appeler en cas de problèmes. «Si on pense que la situation est en train de dégénérer, il faut faire le 117», insiste le municipal. Enfin, la ville va lancer le 30 avril 2018 une campagne de sensibilisation destinée avant tout aux harceleurs. Un flyer d'information résumera les possibilités de poursuite pénale.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bidochon le 20.12.2017 11:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Harcèlement en ville de Lausanne

    Mr Hildebrand Jaimerais tant que les Roms et autres arrêtent aussi de nous harceler Cest peut-être un rêve , ça serait bien que ça se réalise , parce que une bonne partie de population lausannoise en a marre de cette gabegie

  • Victor le 20.12.2017 11:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des criminels

    Vous attendez quoi pour nous débarrasser enfin de tous ces dealers? Pas nécessaire d'augmenter le nombre de policiers pour assurer la sécurité mais prendre enfin des sanctions pour éloigner ces criminels, je n'ai tellement marre de les rencontrer tous les jours.

  • Vincent Arletti le 20.12.2017 11:37 Report dénoncer ce commentaire

    Ne pas tout confondre

    Je connais des filles qui lorsque c'est Quasimodo qui les abordent, appellent ça du "harcèlement de rue" et lorsque c'est Brad Pitt elle appellent ça "une démarche courageuse et flatteuse"... Si ça continue plus personne n'osera plus abordé le sexe opposé, même si c'est pour demander l'heure ou son chemin.

Les derniers commentaires

  • Saoulographe le 25.12.2017 18:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça nous bouffe

    Ah maintenants on peut harceler les rues cool!

  • Luce le 21.12.2017 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    AU SECOURS !

    Vous trouvez que la vague de commentaires ci-dessous est rassurantes sur ces messieurs ? Pas moi, et de loin ! Désormais, je craindrais même un simple "bonjour" (ce qui n'était pas vraiment le cas avant) ! J'ai rarement vu une telle déferlante de haine pour la gente féminine !

    • Non Mais Elles Se Prennent Pour Qui! le 26.12.2017 08:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Luce

      On appelle ça un retour de manivelle!

  • Charles le 21.12.2017 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    Eh ben !

    C'est fou le nombre de commentateurs qui trouvent normal d'avoir le droit de harceler les femmes dans la rue (mais râlent contre les 10 roms qui ont osé leur dire "bonjour" en 1 semaine) ! Je ne pensais pas qu'il y avait autant de harceleurs en Suisse (et leurs soutiens), ben j'en ai la preuve maintenant !

  • No one le 20.12.2017 20:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Harcèlement =\ drague réciproque

    Entre les assoc, les Roms et les hommes qui nous regardent de manière lubrique comme si on était un simple morceau de viande, ceux qui nous interpellent de manière impolie ou ceux qui nous touchent alors quon leur a rien demandé, on a du bol nous les femmes. Non la rue ou la coop comme jen ai récememt fait lexpérience nest pas un lieu de « drague », on a le droit de marcher en paix et de pas se faire harceler par des types qui ont souvent deux fois notre âge. Perso, ça me viendrait pas à lidée de suivre un bel homme dans la rue simplement parce quil me plait, cest pas du gibier...

  • nana le 20.12.2017 19:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oh zut!

    j'aimerai bien être harcelée moi...

    • Tenté le 20.12.2017 19:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @nana

      Donne moi ton numero ;)

    • Saucisse le 25.12.2017 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @nana

      Mets une minijupe