Lausanne

07 mai 2012 18:25; Act: 07.05.2012 19:01 Print

Il avait douze kilos de bijoux dans sa voiture

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Un Géorgien de 43 ans avait été épinglé en 2008 à Genève alors que sa voiture contenait 850 objets volés d’une valeur de 200 000 fr. Son procès s’est ouvert lundi au tribunal d'arrondissement.

storybild

Une partie du butin qui avait été retrouvé dans le véhicule du passeur accusé de travailleur pour le grand banditisme géorgien. (Photo: Police de Lausanne)

Une faute?

Il s’apprêtait à quitter la Suisse au moment où il a été arrêté, en avril 2008, par des policiers à Genève. Dans la voiture de ce Géorgien né en 1969, les policiers avaient découvert un impressionnant butin dissimulé notamment dans l’appui-tête du véhicule: 850 pièces d’une valeur totale estimée à 220 000 fr. dérobées à une trentaine de personnes domiciliées en Suisse romande.

51 véhicules immatriculés
La vente de voitures d’occasion servait de couverture à cet homme chargé d’être un passeur au service du grand banditisme géorgien. Il avait pour mission de faire sortir de la Suisse divers produits volés - notamment des bijoux - cachés dans des voitures destinées à l’exportation. Entre octobre 2006 et avril 2008, il a immatriculé 51 véhicules – de façon légale – avec des plaques d’exportation vaudoise et genevoise.

Le procès de ce Géorgien qui se réclame citoyen grec – pays dont est originaire sa grand-mère paternelle – s’est ouvert lundi au Tribunal d’arrondissement de Lausanne. Il est accusé de divers délits: recel par métier, participation et soutien à une organisation criminelle, blanchiment d’argent qualifié.
Gain de 4000 fr par voyage
L’accusé achetait lui-même une partie des objets volés avant de les revendre. Chacun de ses voyages lui rapportait entre 2000 et 4000 fr. Malgré la mise en place de commissions rogatoires dans plusieurs pays d’Europe, l’instruction n’a pas pu établir avec exactitude l’étendue de l’activité délictueuse de l’accusé. Ce dernier a notamment signifié aux enquêteurs que «lorsque l’on brise la loi du silence, on risque la mort».

Il ressort toutefois que quand l’antenne belge du grand banditisme géorgien a été démantelé à Anvers, le malfaiteur s’est mis à expédier ses voitures à partir de l’Allemagne, la France, l’Italie, la Grèce et la Turquie.

Cent cabriolages en quatre mois à Lausanne
Durant les quatre premiers mois de 2007, la mafia géorgienne avait donné des crises d’urticaire à la police lausannoise: pas moins de cent cambriolages avaient été commis dans la capitale vaudoise. L’enquête des forces de l’ordre a permis de démontrer que ces vols étaient commis dans le cadre d’une organisation criminelle basée en Géorgie et ayant des ramifications en Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Belgique.
Quelque 34 voleurs appartenant à cette organisation criminelle avaient été arrêtés. Les enquêteurs ont remarqué qu’un numéro de téléphone figurait dans le répertoire de la plupart des malfaiteurs: celui du passeur. Le procès se poursuit mardi.