Vaud

30 janvier 2019 22:45; Act: 30.01.2019 22:50 Print

Il risque 7 ans de taule pour avoir flambé des millions

par Frédéric Nejad Toulami - Un ancien financier est accusé d'avoir abusé de la crédulité de ses clients âgés et dilapidé 11 millions pour son train de vie luxueux.

storybild

Le procureur Anton Rüsch a livré un réquisitoire détaillé mercredi, au Tribunal criminel de l'Est vaudois. (photo d'archives) (Photo: fnt)

Sur ce sujet
Une faute?

«Quand une partie est perdue, la meilleure défense c’est l’attaque.» Avocat d’une partie civile, Me Nicolas Didisheim a décrit ainsi la stratégie de la partie adverse, très offensive du début du procès, lundi dernier, jusqu’aux plaidoiries, mercredi. Et il a dénoncé devant la Cour pénale criminelle le manque de décence de son confrère vis-à-vis des lésés. De plus, l’accusé, «qui a dilapidé l’argent prêté pour vivre de manière somptuaire durant des années, n’a toujours pas pris conscience de la gravité de ses actes», selon lui.

Egalement conseil de la partie civile, Me Joris Fasel constate que l’ex-financier ne fait que fuir la réalité alors qu’il a fait «subir des drames familiaux et détruit des personnes». Quant à Me Léa Vosicki, elle constate que le prévenu doit «enfin faire face à ses actes et ses infractions, après avoir profité de la crédulité et de l'état de faiblesse de certaines victimes pour les dépouiller, ce qui les a anéantis».

Escroquerie par métier et gestion déloyale

De son côté, le procureur Anton Rüsch a déroulé un réquisitoire implacable, avec l’aide d’un projecteur et de graphiques. C’est que l’affaire, étalée sur des années, est très complexe, avec prêts financiers et promesses de rendements mirobolants via deux sociétés. Le Ministère public soutient que l’accusé a abusé de la confiance de ses clients âgés, et parfois malades, afin de n’utiliser leur argent que pour rembourser d’autres emprunts et pour son train de vie luxueux: yacht privé, voitures de prestige, repas dans des palaces... Il l’accuse notamment d’escroquerie par métier, de gestion déloyale, et réclame 7 ans de prison, avec déduction des jours déjà subis en préventive.

«Les clients connaissaient les risques»

Avocat de la défense, Me Matthieu Genillod a ironisé sur les moyens déployés pour tenter de charger son client, dont il demande l'acquittement. Il conteste l’abus de faiblesse et la malveillance, avant d’expliquer les déboires par la grave crise financière mondiale de 2008: «Les clients, opportunistes, connaissaient les risques.» L'homme de loi affirme aussi qu'il n'y a pas eu encore de dommages répréhensibles puisque la durée des emprunts litigieux est toujours en cours. «Mon client a déjà purgé une longue peine de prison en préventive dans de mauvaises conditions illicites. Il a subi un trouble post-traumatique.» Le verdict sera rendu fin février.

(FNT)