Excenevex

29 juin 2011 07:00; Act: 29.06.2011 08:34 Print

Il saute d’un bateau de la CGN et frôle la noyade

par Loïs Siggen Lopez - Un ado a sauté du pont d’une vedette qui quittait un débarcadère d'une commune française sur le lac Léman. Il l’a échappé belle.

storybild

La vedette «Valais» peut transporter jusqu'à 200 passagers. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le naufragé tremblait. Il était à bout de souffle. Il aurait pu se noyer», explique un pêcheur amateur. Dimanche, il ne s’attendait pas à récupérer un adolescent en difficulté.

Celui-ci avait embarqué, vers 18 h, tout habillé, à bord du «Valais», de la Compagnie générale de navigation (CGN). Peu de temps après, alors que le capitaine quittait le ponton d’Excenevex (près de Thonon), «le jeune homme a sauté, depuis l’arrière, à une dizaine de mètres du débarcadère. C’est extrêmement dangereux, il aurait pu se faire happer», explique Terry Guillaume, porte-parole de la CGN.

Le capitaine a appliqué la procédure d’usage lorsqu’un individu tombe à l’eau: les moteurs ont été coupés et le personnel navigant s’est inquiété du sort de la tête brûlée. Celui-ci leur a affirmé que tout allait bien, selon des témoins. Le commandant est reparti, jugeant que le garçon réussirait à rejoindre la rive.

Le pêcheur n’est pas de cet avis: «Vu la distance par rapport au ponton, et sachant qu’il était habillé, je me suis dit qu’il n’y arriverait pas. Je suis allé le chercher. Il était sous le choc.» Si l’affaire avait mal tourné, la CGN aurait pu avoir des ennuis. «On peut se demander si le capitaine n’aurait pas dû mieux s’assurer qu’il puisse regagner le rivage, ce d’autant plus qu’il est dangereux de nager habillé», explique Me Julien Gafner, avocat pénaliste.

L’incident n’a pas servi de leçon: au même endroit, lundi, trois ados ont escaladé la vedette. Par mesure de sécurité, la CGN envisage de ne plus desservir Excenevex.