Trafic de drogue à Bex

23 mars 2011 14:31; Act: 23.03.2011 18:22 Print

Il tague sa propriété pour critiquer sa ville

par Mathieu Coutaz - Excédé par le trafic de drogue qui sévit depuis des années dans son quartier de Bex (VD), un garagiste condamné en 2007 pour un slogan discriminatoire contre les dealers ressort son pot de peinture.

storybild

Le nouveau graffiti signé André Corboz sur le mur d'enceinte de son propre garage de pneus à Bex. (Photo: Lecteur reporter)

Sur ce sujet
Une faute?

«C’est moi qui possède le plus de terrains sur le territoire des dealers. Si la ville me donne trois millions, je les lui vends sur le champ.» André Corboz, n’en peut plus du trafic de drogue sous ses fenêtres et le fait savoir. Malgré sa condamnation en 2007 pour discrimination raciale suite à un graffiti en ville de Bex, le garagiste a ressorti son pot de peinture. Plus soft, mais toujours aussi direct il s’en prend cette fois à la ville avec un «Bex = drogue» en rouge, sur le mur d’enceinte de son propre garage.

«Ca fait 10 ans qu’on nous pourrit la vie. Depuis le début de l’année, le trafic de drogue s’est encore intensifié. Après ma femme et moi, c’est maintenant mon fils de 22 ans qui s’est fait taper dessus la semaine dernière», se justifie André Corboz qui avoue avoir perdu les onze procès liés à cette affaire pour une facture totale de 100'000 francs.

Du côté de la municipalité, on reconnaît qu’il y a bien une recrudescence du trafic de drogue ces derniers mois. Le syndic Michel Flückiger en a informé le Conseil d’Etat vaudois qui lui a répondu la semaine passée vouloir renforcer sa lutte contre le trafic dans sa ville. Pour le conseiller municipal en charge de la police, Alain Michel, si il y a bien un problème de drogue à régler dans sa commune, «il est moins important qu’en 2006 et pas beaucoup plus préoccupant que dans les autres villes. On est géographiquement bien placé et notre territoire est peu couvert par la police, tient-il à préciser. Mais on n’a pas pu prouver que le trafic était lié au centre de requérants présent à Bex.»