Grand Conseil vaudois

20 novembre 2019 22:44; Act: 20.11.2019 22:44 Print

Contre le retard, il veut des séances non payées

par Yannick Weber - Engorgé, le Parlement organise des séances supplémentaires pour traiter les objets qui traînent. Un député veut limiter le nombre de dépôts.

storybild

(Photo: Keystone/Jean-Christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est une première en dix ans. Le Grand Conseil tiendra au printemps prochain quatre séances supplémentaires pour rattraper le retard qui s'est accumulé dans les objets à traiter. Ils sont plus de 400 en attente. Si bien que le député libéral-radical Jean-Luc Bezençon a proposé mardi une solution... radicale. Il voudrait que les élus ne soient pas rémunérés lors de ces séances, planifiées de 18h à 21h, dans la continuité de celles déjà prévues la journée.

Députés «attachés à leurs jetons de présence»

Une telle politique pousserait les élus à bien réfléchir avant d'engorger le Grand Conseil de dépôts multiples. «Bien souvent, il y a plus d'objets déposés que traités», regrette-t-il. Lors d'une prochaine séance, les députés s'exprimeront sur cette résolution. «Je vais me faire ramasser, les députés semblent être attachés à leurs jetons de présence. Je veux surtout créer le débat», estime-t-il, affirmant n'avoir obtenu aucune signature d'élus de gauche pour sa proposition.

Pour lui, trop d'objets sont déposés alors que le Parlement pourrait s'en passer, surtout par «des députés intéressés à augmenter le bilan de leurs interventions politiques», par exemple sur des sujets d'actualité, qui ne le sont plus forcément quand le texte passe enfin devant le conseil. Mardi, une interpellation remontant à septembre 2017, déposée par un élu PLR par ailleurs, et dont la réponse du Conseil d'Etat a été rédigée en décembre de la même année, a dû attendre deux ans avant son tour. «Cela donne une mauvaise image de notre activité», craint le député.

Une forte croissance

Une mauvaise image, mais une image certainement active. Les députés semblent être devenus hyperactifs, ce qui n'a pas toujours été le cas. «En 2016, des séances avaient été annulées faute de matière à traiter», rappelle Igor Santucci, secrétaire général du Grand Conseil. En quatre ans, le nombre de dépôts d’interventions parlementaires a crû de 267 à 494. «Sur la même période, on constate, par exemple, des hausses de 140% pour les initiatives, de 212% pour les motions et de 213% pour les questions orales», ajoute-t-il.

A noter que le Parlement cantonal n'est pas le seul à avoir une liste à rallonge d'objets dans les tiroirs. Plusieurs communes vaudoises ont de gros dossiers de sujets à traiter. A Lausanne, par exemple, il y a environ 40 interpellations à l'ordre du jour, dont certaines commencent à vieillir.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • vdbevs le 20.11.2019 23:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est pas faux

    En effet, ça lance le débat. L'élu PLR estime que la gauche lance trop d interpellations sans fondement. Proposez que ces séances ne soient pas rémunérées, ça va faire réfléchir cette gauche qui adore encaisser les sous de l État, imposés que pour ses 15%

  • Jacky le 20.11.2019 23:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gauche caviar

    Felicitations pour cette belle initiative. Malheureusement les élus de gauche préfèrent bien gagner leur argent et faire payer le contribuable et donc les personnes les plus touchées seront une nouvelle fois les personnes de la classe moyenne. Pour des partis qui prônent le partage et l'ouverture ils ont une vision très égoïste. Faites comme je dis pas comme je fais. #gauchecaviar

  • Achilles le 20.11.2019 22:56 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo

    très bonne proposition

Les derniers commentaires

  • popeye le 21.11.2019 14:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo

    Cette proposition va amener les élues et élus vaudois à examiner celle-ci en de nombreuses séances en ne prenant aucune décision bien sûr ( ils touchent du fric à chaque séance) et toujours aux frais des contribuables ! Mais bravo à cet élu qui au moins est honnête !

  • zigouille le 21.11.2019 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    profiteurs

    Cela se comprend dans le Canton de Vaud ces rigolos d'élues et d'élus sont quasimment les mieux rétribués de Suisse ! Alors ils font durer les choses et ainsi ils encaissent des sommes exorbitantes aux frais des contribuables ! le fric le fric et le fric quant à prendre des décisions rapides et intelligentes alors là !

  • Firemen le 21.11.2019 11:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Changeons le système

    Il y a une chose qui m'a toujours fâché avec la politique de notre pays. Que ce soit au niveau communal, cantonal ou fédéral, seules une poignée de gens (provenant toujours des mêmes professions) peuvent prétendre à être élues. En effet, qui, dans les métiers les plus courants, dans la vente, la construction, a un employeur qui laisserait son employé(e) partir plusieurs jours par année pour aller décider du sort du peuple. A mon avis, il faudrait plus de gens du terrain dans ces parlements, des gens qui ne sont pas dans une tour d'ivoire et qui vivent la réalité de la vie au quotidien !

    • Bibi le 21.11.2019 19:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Firemen

      Change de métier

  • La gauche des enculeurs de mouches.. le 21.11.2019 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    grand conseil 12 novembre 2019

    Yvan Luccarini, la confiance et l'autorité du Préfet du district de la Riviera Pays d'Enhaut sont-elles compromises ? Alexandre Démitriadès, hébergement des requérants d'asile. Yves Paccaud : conditions de renvoi d'une famille d'origine bosniaque, Séverine Evéquoz : des arbres pour le climat ! Et la liste est longue des conneries qui préoccupe de cette gauche caviardée. Par contre l'amélioration de la classe moyenne vaudoise, c'est aux chiottes. Bilan un gaspillage de fric qui ne sort en tout cas pas de la poche des paumés de gauche.

    • Crocodeel le 21.11.2019 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @La gauche des enculeurs de mouches..

      Je pense que tu te trompes de cibles, ce n'est pas le PLR qui va sauver la classe moyenne. La droite qui ne pense qu'à s'enrichir sur le dos des ouvriers on en a marre ! À gauche toute !!!

  • Mifloc le 21.11.2019 10:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre !

    Sauf erreur de ma part, il me semble que les députés vaudois sont parmi les mieux rétribués de notre pays. Il me semble également que ce sont eux qui fixent les tarifs ! Comme la gauche n'a jamais eu la majorité au Grand Conseil, je ne comprend pas certaines réactions contre celle-ci !

    • Gédéon le 21.11.2019 18:03 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez dit bizarre ? comme c'est biza

      Ben qui sait qui refuse comme un seul homme, la proposition du député radical libéral ??? Celle-ci n'est là que pour se remplir les poches. comme à Lausanne,par exemple, il y a environ 40 interpellations à l'ordre du jour, dont certaines commencent à vieillir...