La Tour de Peilz (VD)

08 juin 2011 15:53; Act: 09.06.2011 08:26 Print

Ils piquent la voiture de papa et se crashent

par Raphaël Pomey - Alors qu'ils étaient censés être au lit, deux enfants de neuf et cinq ans ont emprunté l'auto de leur père. Un accident a clos leur virée.

storybild

Comme cet enfant (un modèle), un petit de La-Tour-de-Peilz a pris le volant avec son frère dimanche dernier. (Photo: AFP)

Une faute?

«Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà vu quelque chose comme ça». Le capitaine Melikian, de la Police Riviera, est encore stupéfait. Dimanche soir, des hommes de ses services sont intervenus à La Tour de Peilz pour un accident de voiture causé par deux enfants... de 9 et 5 ans.

Il devaient être au lit

Alors qu'ils étaient censés être au lit, les deux chenapans ont préparé un baluchon, puis quitté le domicile familial tandis que leur parents se trouvaient sur le balcon. Objectif: rendre visite à leur grand-mère. Visiblement bien organisés, les deux frères ont alors emporté les clés de la voiture de leur père et de l'argent, puis se sont installés dans l'auto. Le plus grand s'est mis au volant tandis que le cadet s'installait sur le siège passager. Après avoir fait le tour de leur quartier, les deux petits sont entrés en collision avec une voiture correctement parquée. «Ils n'ont pas été blessés», précise Ruben Melikian, selon qui les petits fugueurs du dimanche ne devaient pas aller très vite. Paniqués, ces derniers ont alors informé leur paternel que sa voiture venait d'avoir un accident. C'est à ce moment-là que les policiers sont intervenus pour établir un rapport de constat à l'intention du Tribunal des mineurs.

Pas de poursuite contre les petits

Les enfants risquent-ils une sanction de la part de la justice? «Non, il n'y a pas de poursuite légale possible», précise Alain Meister, premier président de l'autorité de jugement. Il explique que ce n'est qu'à partir de dix ans (considéré comme «l'âge de raison») qu'un jeune peut être sérieusement inquiété. Quant aux parent, à moins qu'il ne soit prouvé qu'ils n'ont pas suffisamment surveillé leur progéniture, eux aussi devraient s'en sortir sans trop de soucis. «La Responsabilité Civile des parents devraient entrer en ligne de compte pour les dégâts intervenus.»

Peu d'affaires impliquant des moins de dix ans

Selon Alain Meister, les rares actes de moins de dix ans que le Tribunal des mineurs doit traiter concernent surtout des incendies involontaires, des dégâts volontaires ou non, ainsi que des bagarres.