Nestlé et General Mills

01 février 2011 16:39; Act: 01.02.2011 17:36 Print

Inauguration à Orbe d'un centre d'innovation

Le centre de recherches de Cereal Partners Worldwide (CPW), coentreprise de Nestlé et General Mills, a été inauguré mardi à Orbe (VD).

storybild

Paul Bulcke, CEO de Nestlé. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le centre doit permettre de développer de nouvelles préparations à base de céréales destinées au petit- déjeuner. Un secteur avec «un fort potentiel de croissance», selon Ken Powell.

Président et CEO de General Mills, Ken Powell a estimé que l'avenir du petit déjeuner composé de céréales était «vraiment plein de promesses». Il n'y a aujourd'hui que six marchés développés (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Irlande, Australie et Nouvelle- Zélande). Il y en a des douzaines en développement, avec des possibilités de croissance très importantes, comme en France par exemple.

Forte présence

D'un coût de près de 50 millions de francs, le centre de recherches et de développement accueillera plus de 80 collaborateurs. Au total, le site d'Orbe compte aujourd'hui environ 1500 collaborateurs de Nestlé, a précisé Paul Bulcke, CEO du groupe de Vevey.

La coentreprise CPW opère sur plus de 40 marchés et ses produits sont vendus dans plus de 130 pays, a poursuivi le patron de Nestlé. Il a souligné que les innovations mises au point à Orbe visaient notamment à améliorer le bilan nutritionnel des céréales: moins de sel et de sucre et davantage de calcium ou de vitamines dans ce qui sera vendu aux consommateurs.

Longue histoire

Paul Bulcke s'est félicité de la coopération vieille de 20 ans avec General Mills. Il a remercié aussi le canton de Vaud et les autorités d'Orbe qui ont su contribuer à la réalisation de cette nouvelle extension de Nestlé dans la cité urbigène. L'entreprise s'y est implantée pour la première fois il y a 110 ans.

Claude Recordon, syndic d'Orbe, a souligné de son côté qu'il a fallu un brin de folie et d'utopie pour convaincre tous les partenaires de continuer à investir dans sa ville. Le canton a su «offrir une solution financièrement intéressante» à Nestlé pour qu'il choisisse la commune pour se développer.

Droit de superficie

Interrogé par l'ATS, le syndic a précisé qu'Orbe avait acheté les terrains nécessaires à la construction du centre pour 9 millions de francs. La commune les met à disposition de Nestlé en droit de superficie pour 60 ans à un taux bloqué pendant 10 ans et renouvelable chaque décennie.

Le centre CPW a «un impact très important» pour la région. Cela signifie que le site est toujours en expansion: il occupait environ 450 personnes en 1992 et, lorsque la Suisse a refusé l'Espace économique européen (EEE), on a craint que Nestlé s'en aille, a expliqué le syndic. Aujourd'hui, ce sont près de 1500 collaborateurs, avec des profils différents, davantage de chercheurs et de cadres qui sont aussi de bons contribuables.

Capsules de thé

Pour le canton, le conseiller d'Etat Philippe Leuba s'est félicité de la relation de confiance qui s'est établie entre ces entreprises et le canton de Vaud. Il ne s'est pas exprimé sur la politique fiscale par rapport à l'implantation ou le développement de telles sociétés. Le ministre n'a pas caché en revanche que la production à Orbe des capsules de thé sur le modèle Nespresso lui faisait espérer encore de nouvelles possibilités de croissance.

CPW possède 14 usines dans le monde et vend plus de 400'000 tonnes de céréales par an. Avec quelque 4000 employés, l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 2,6 milliards de francs en 2009.

(ats)